«Yes we can»: La presse américaine salue la victoire de Barack Obama
Actualisé

«Yes we can»La presse américaine salue la victoire de Barack Obama

Les principaux quotidiens américains ont salué mercredi avec émotion la victoire historique de Barack Obama à l'élection présidentielle, illustrant selon eux les progrès accomplis par les Etats-Unis qui, il y a une cinquantaine d'années, pratiquaient la ségrégation.

«C'est l'un de ces moments de l'Histoire qui mérite qu'on s'y attarde, pour analyser les faits», écrit le New York Times dans un éditorial sur la victoire de M. Obama, premier Noir à accéder à la Maison Blanche.«Un Américain dont le nom est Barack Hussein Obama, fils d'une femme blanche et d'un homme noir qu'il connaît à peine, élevé par ses grands-parents loin (du continent américain) a été élu 44e président des Etats-Unis (...) Son triomphe a été décisif et sans appel, parce qu'il a vu ce qui n'allait pas dans ce pays: l'échec du gouvernement à protéger les citoyens», estime le quotidien, qui avait soutenu M. Obama lors de la campagne électoral.Le New York Times rappelle également le «difficile héritage» laissé par le président George W. Bush. «M. Obama devra gérer le retrait d'Irak sans créer de nouveaux conflits pour que le Pentagone puisse concentrer ses efforts sur le véritable front de la guerre contre le terrorisme, l'Afghanistan», explique le journal.Sur l'économie, «M. Obama devra agir rapidement pour imposer de la cohérence et de la transparence» dans la mise en oeuvre du plan de sauvetage des banques de 700 milliards de dollars établi par l'administration Bush.Le Washington Post estime que la victoire de Barack Obama illustre «les progrès» réalisés aux Etats-Unis dans les rapports entre les différentes communautés.«Quand nous avons soutenu M. Obama, nous n'avions pas évoqué la race, pour la simple raison qu'elle ne jouait pas un rôle dans notre décision. M. Obama était simplement le meilleur des deux candidats», écrit le journal.«Mais la race est particulièrement significative en ce moment (...) Comment les Américains ne pourraient-ils pas être émus» par l'élection d'un président noir? interroge le quotidien.«M. Obama est né à une époque (1961, ndlr) où de nombreux Etats auraient interdit le mariage entre sa mère blanche du Kansas et son père noir du Kenya. Peu de gens à l'époque, et en vérité peu de gens il y a encore quelques années, aurait pu prédire» l'accession d'un Noir à la Maison Blanche, s'enthousiasme le journal.«La victoire de M. Obama est capitale parce qu'elle présente une opportunité de mettre le pays dans une nouvelle et meilleure direction», relève le Post.«M. Obama ne pourra pas effacer l'héritage de M. Bush, ajoute le Washington Post, mais il a une chance d'améliorer la position de l'Amérique dans le monde, en mettant fin aux pratiques nocives comme la torture».Félicitant M. Obama pour sa victoire, le Wall Street Journal affirme que les Américains ont d'abord «sanctionné les républicains pour leur échec économique».Le quotidien salue également la qualité de la campagne menée par le candidat démocrate, expliquant que sa victoire est notamment à mettre au crédit de son «éloquence» et de son «charme hors du commun».Le Wall Street Journal estime également que l'élection d'un Noir à la Maison Blanche constitue une forme d'hommage à l'esprit d'entreprise américain.Un Noir «a désormais atteint le sommet du pouvoir des Etats-Unis, seulement deux générations après la fin» des lois sur la ségrégation, écrit le journal économique.«C'est quelque chose qui n'est jamais arrivé dans un autre pays occidental», souligne le quotidien, «en dépit du dédain européen au sujet de l'Amérique +raciste+».

Le discours de Barack Obama après son élection

(afp)

Ton opinion