Série noire en France: La presse appelle à ne pas «jeter de l'huile sur le feu»
Actualisé

Série noire en FranceLa presse appelle à ne pas «jeter de l'huile sur le feu»

Après les attaques de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes, la presse française appelle mardi à «ne pas jeter de l'huile sur le feu» à l'exception notable du Figaro.

1 / 13
23.12 François Hollande a fait état mardi du décès d'une des personnes blessées dans l'attaque de Nantes (ouest) la veille par un automobiliste qui a lancé sa camionnette contre des piétons sur un marché de Noël.

23.12 François Hollande a fait état mardi du décès d'une des personnes blessées dans l'attaque de Nantes (ouest) la veille par un automobiliste qui a lancé sa camionnette contre des piétons sur un marché de Noël.

Reuters/Pool
22.12 Plus de dix personnes ont été blessées lundi dont cinq grièvement à Nantes par un automobiliste à bord d'une camionnette, au lendemain de faits similaires qui se sont produits à Dijon.

22.12 Plus de dix personnes ont été blessées lundi dont cinq grièvement à Nantes par un automobiliste à bord d'une camionnette, au lendemain de faits similaires qui se sont produits à Dijon.

AFP/Georges Gobet
Keystone/AP/Laetitia Notarianni

Alors que les enquêteurs relèvent le lourd passé psychiatrique des deux forcenés de Dijon (centre-est) et Nantes (ouest), Le Figaro (droite) fait cavalier seul, n'hésitant pas à écrire: «Oui, des fous d'Allah , hélas de nationalité française, peuvent frapper à tout moment sur le sol national, animés par un fanatisme mortifère et la détestation de ce que nous sommes... Pour dissuader l'exécutif d'agir comme il le faudrait, (la) gauche droit-de-l'hommiste prétendra qu'il faut éviter l'amalgame, elle refusera le procès du communautarisme, elle pratiquera le culte de l'excuse permanente à l'endroit des populations concernées».

Ces trois agressions en trois jours «ont mis en appétit ceux qui aiment voir grandir les psychoses et savent la peur mauvaise conseillère», rétorque l'Humanité (communiste). «Tremblez, braves gens, Daesh est à votre porte et se dissimule sous les traits de votre aimable voisin», ironise-t-il, en dénonçant «le petit poison» que ce type de discours distille. «La France, si elle n'est pas à l'abri d'un attentat, n'est pas le théâtre d'une guerre, encore moins d'une croisade qui jetterait les musulmans contre les autres», conclut-il.

«Ne pas céder à forme de psychose collective»

«Dans l'attente du résultat des enquêtes, la première urgence est de ne pas céder à la peur ou à une forme de psychose collective qui conduiraient à une mobilisation des esprits contre telle ou telle portion de la population», renchérit La Croix (catholique). Et de rappeler au passage que «la lutte contre les dérives violentes ne relève pas que des forces de sécurité. Elle passe aussi par le renforcement des liens sociaux».

Pour le quotidien régional La Voix du Nord, «une société équilibrée ne joue pas avec ses peurs. Elle ne les agite pas en hurlant; elle les contrôle et s'en prémunit». Le forcené de Dijon «est fou mais pas d'Allah», ajoute-t-il. «C'est un jeu dangereux de vouloir opposer des gens quand ils doutent. C'est jeter de l'huile sur le feu», accuse-t-elle. (afp)

Valls appelle «à la vigilance» et à «l'unité» après trois attaques

Le Premier ministre français Manuel Valls a appelé mardi «à la vigilance, à l'unité et au rassemblement» après les trois attaques sanglantes survenues en France ces trois derniers jours, qu'il a démenti vouloir minimiser alors que la France est gagnée par l'inquiétude.

«Nous ne minimisons pas» mais l'objectif du gouvernement c'est de «rassurer» et «comprendre ce qui s'est passé», a-t-il souligné sur la radio Europe 1.

Ton opinion