Interview choc: La presse hésite sur le sens des propos de la reine
Publié

Interview chocLa presse hésite sur le sens des propos de la reine

Alors que l’entretien de Meghan et Harry a fait couler beaucoup d’encre, Elizabeth II a réagi mardi soir. Les médias tergiversent sur l’interprétation à faire.

«Branche d’olivier» ou riposte polie? La presse britannique voit mercredi la réaction d’Elizabeth II à l’interview retentissante de son petit-fils Harry et de Meghan comme un geste de conciliation, mais aussi pour certains comme une réponse ferme marquant ses désaccords.

Plus de 36 heures après l’entretien du couple princier avec Oprah Winfrey, la reine a réagi mardi soir, via un court communiqué du palais de Buckingham. «Attristée d’apprendre à quel point ces dernières années ont été difficiles pour Harry et Meghan», la reine a affirmé prendre «très au sérieux» les accusations de racisme lancées par Meghan, une Américaine métisse, et Harry. Sa Majesté s’est engagée à les traiter «en privé» tout en soulignant que les «souvenirs peuvent varier».

Le choix des mots retenus par la reine, «suggère que la famille n’est pas d’accord avec tout ce qu’ont affirmé les Sussex», relève mercredi, le journal conservateur «The Telegraph». «Même si la déclaration, comme prévu, souligne l’amour de la famille pour Harry et Meghan, le résultat final était plus ferme que ce que beaucoup avaient imaginé», renchérit le quotidien «The Time».

La reine Elizabeth II est âgée de 94 ans.

La reine Elizabeth II est âgée de 94 ans.

Reuters  

Une «branche d’olivier»

Plusieurs journaux rapportent que la reine, 94 ans, avait élaboré une réponse dès lundi, mais s’est donné le temps de la réflexion avant sa diffusion.

Pour le journal «Metro», le palais tend une «branche d’olivier» au couple, dont les liens avec la famille royale se sont distendus, après leur exil au Canada puis aux Etats-Unis. «Ce message était très raisonnable, calme, généreux (…) et dans un esprit de conciliation», a déclaré à la BBC, Hugo Vickers, auteur de plusieurs biographies sur des membres de la famille royale.

Pression intenable

Dans leur interview, l’ex-actrice américaine de 39 ans et son époux de 36 ans, sixième dans l’ordre de succession du trône, ont avancé une pression médiatique intenable, le racisme et l’absence de soutien de la famille royale pour justifier leur retrait de la monarchie.

Le duc de Sussex s’est dit éloigné de son père Charles et de son frère William, tout en espérant que le temps guérisse ces blessures. Interrogé sur l’interview lors d’une visite, mardi, le prince Charles est resté silencieux, répondant par un petit rire nerveux.

L’héritier du trône est «déçu» par les propos de Harry et Meghan, a affirmé une source royale au journal «Evening Standard». «Le prince est fier de la diversité de ce pays et estime que la diversité de la société moderne britannique est sa plus grande force», a ajouté cette source, en référence aux accusations de racisme.

Les pro et les anti s’affrontent

Le célèbre présentateur britannique Piers Morgan, féroce critique de Meghan, en a fait les frais, évincé de son émission sur la chaîne ITV, Good Morning Britain. Il avait violemment mis en doute les propos de Meghan Markle dans une émission qui a provoqué une vague de plaintes.

Il en a rajouté mercredi, affirmant ne croire «presque rien de ce qui sort de sa bouche» et dénonçant les dégâts «énormes» qu’elle a causés à la monarchie à un moment où l’époux de la reine, le prince Philip, 99 ans, est hospitalisé.

Dans le camp pro-Meghan, la chanteuse Beyoncé est la dernière star en date à apporter son soutien à la duchesse, saluant son «courage».

(AFP)

Ton opinion