Actualisé

Mondial 2010La presse rêve du sacre de la Mannschaft

La presse dominicale allemande, à l'image de Welt am Sonntag, se prend à rêver du titre de champion du monde pour sa jeune équipe de football après son triomphe samedi face à l'Argentine en quart de finale (4-0) en Afrique du Sud.

A une semaine de la finale, le quotidien berlinois Tagesspiegel veut déjà y croire: «1954, 1974, 1990, ...», titre-t-il dimanche en référence aux années où l'équipe d'Allemagne a remporté la Coupe du monde de football.

«L'équipe nationale allemande a livré une nouvelle excellente prestation (...). Le Mondial se poursuit en un conte de fées», ajoute le journal.

Après sa victoire sur les hommes de Diego Maradona, tous les espoirs sont donc permis, jugent dans leur ensemble les médias allemands. Et Bild am Sonntag lance déjà un «Merci, vous, les héros!». «Le Dieu du football sourit à l'Allemagne. Nous avons battu l'Argentine 4 à 0, nous sommes en demi-finale du Mondial et nous jouons le plus beau football du monde», jubile-t-il.

«Le plus beau tango de l'Allemagne», résume Welt am Sonntag. «Le Onze allemand surclasse l'Argentine 4-0, va en demi-finale face à l'Espagne et croit au titre mondial», ajoute-t-il avant de citer l'attaquant Lukas Podolski: «Encore deux matches et nous aurons le truc» en poche.

«Un historique 4-0 face à l'Argentine, conservez cette édition du journal pour vos petits-enfants», s'enflamme Bild am Sonntag avec une photo du jeune Thomas Müller jubilant après l'inscription du premier but de la rencontre, dès la 3e minute.

«Le jeune Onze allemand va de victoire en victoire. Avec un football qui enthousiasme la planète entière», ajoute Welt sur son site internet.

«Comment se fait-il que personne ne soit encore venu crier &Réveillez-vous, ouvrez les yeux, ce n'était qu'un rêve&?», interroge le Berliner Kurier, appelant les Allemands à prénommer leur enfants Jogi en hommage au sélectionneur Joachim Löw.

«Le rêve de l'Allemagne d'un nouveau sacre après celui de 1990 continue», répond le Tagesspiegel. «Joachim Löw et son équipe motivée peuvent être sûrs de leur travail et de leur jeu. Leur grande époque ne fait que commencer».

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!