La presse russe se moque de Sarkozy

Actualisé

La presse russe se moque de Sarkozy

Le président français Nicolas Sarkozy s'est attiré les moqueries de la presse russe jeudi au lendemain de sa première visite officielle à Moscou.

Ce voyage n'a débouché sur aucun résultat concret, notent plusieurs journaux.

«Sarkozy s'est réveillé et a vu la Place Rouge», ironise le journal «Gazeta» comme quasiment l'ensemble de la presse. Le président français s'était félicité devant Vladimir Poutine de s'être réveillé sur la Place Rouge, alors que l'hôtel dans lequel il avait dormi ne s'y trouvait pas.

«Cela fait très longtemps que j'avais envie de venir ici. Se réveiller sur la Place Rouge, ce n'est pas rien pour moi», avait déclaré M. Sarkozy en arrivant au Kremlin mercredi.

«On a commencé à se demander où le président Sarkozy avait bien pu se réveiller pour voir alors la Place Rouge», se moque même le journal d'opposition «Kommersant», rappelant que l'hôtel National, où logeait M. Sarkozy, est certes proche de la Place Rouge mais que celle-ci n'est pas visible de ses fenêtres.

«On peut voir la Place Rouge depuis la fenêtre du Mausolée (de Lénine, au milieu de la place). Mais le Mausolée n'a pas de fenêtre», ajoute-t-il.

Féroce

Inhabituellement féroce, la presse russe s'attache essentiellement à des détails comme les mimiques du président français, le fait qu'il ait tutoyé M. Poutine ou qu'il porte des chaussures à talonnettes.

Elle note cependant aussi le pragmatisme de M. Sarkozy, soucieux de montrer que «l'amitié» franco-russe ne s'est pas arrêtée avec le départ de Jacques Chirac, qui était un allié du président Poutine en Europe.

Reprise de Gazprom

«Le Kremlin et la vision de la Place Rouge lui ayant donné des ailes, Sarkozy a parlé lors de la conférence de presse du souhait des investisseurs français d'entrer dans le capital de Gazprom», le géant gazier russe, poursuit «Nezavissimaïa Gazeta», titrant: «Rêves et fantaisies de Nicolas Sarkozy».

Les déclarations du président Sarkozy sur Gazprom «constituent la principale sensation de la visite», écrit le quotidien économique «RBK Daily». Qui ajoute toutefois que «l'entrée du capital français dans le secteur énergétique russe n'est pas pour demain».

Le journal Izvestia, ouvertement pro-pouvoir, se moque pour sa part des «avances» du président Sarkozy à son homologue russe, et relève la froideur de ce dernier. (ats)

Ton opinion