Chantage à la sextape: La presse sort le «carton rouge» pour Benzema
Actualisé

Chantage à la sextapeLa presse sort le «carton rouge» pour Benzema

Les médias français reviennent largement vendredi sur la mise en examen de l'attaquant des Bleus.

La mise en examen de Karim Benzema dans l'affaire dite «de la sextape» de Mathieu Valbuena est une nouvelle illustration de l'incompatibilité entre football et morale, estime la presse française vendredi. «Cette nouvelle affaire ternit encore l'image des Bleus», titre notamment «L'Equipe».

Avec ce dossier de chantage, dans lequel la justice a interdit à tous les protagonistes présumés de se rencontrer, «l'équipe de France est touchée au coeur», titre «Le Parisien/Aujourd'hui en France». Dans son éditorial, Jean-Marie Montali écrit que «football et morale (sont) deux mots qu'en ce moment l'esprit ne peut décidément pas associer».

«Le Figaro», sous la plume de Cédric Callier, rappelle «que chaque international a signé en 2013 une charte de bonne conduite l'obligeant à véhiculer une image positive quand il porte le maillot de l'équipe de France». D'où cette question: «Benzema mérite-t-il encore sa place en sélection si son rôle s'avère trouble dans cette affaire?»

Ecole de la vie?

«La Dépêche du Midi» répond en sortant en une un «Carton rouge pour Benzema». L'attaquant des Bleus et du Real Madrid «n'a pas brillé par une faculté à résister à ses démons personnels», écrit Didier Rose dans «Les Dernières Nouvelles d'Alsace».

«Dans ce furieux univers d'olas et de paillettes, de bolides et de bimbos, de parasites et de faux amis collés à vos basques, il faut des semelles de plomb pour garder les pieds sur terre. Celles de Benzema semblent plutôt l'avoir entraîné chez les pieds nickelés des mafias qui rôdent autour des terrains de foot», commente Jean-Louis Hervois dans «La Charente libre».

Mais les commentateurs ne s'arrêtent pas au cas de l'ancien Lyonnais, et jugent, à l'instar de Philippe Marcacci dans «L'Est républicain», qu'«il faut désormais être diablement accroché pour continuer à voir dans la pratique sportive une bienfaitrice école de la vie. La vitrine se fissure de partout. Quasiment pas une journée sans scandale.» (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion