Actualisé 16.10.2012 à 08:58

Berne

«La prévention ne sert pas à grand chose»

Le président du PDC, Christophe Darbellay, s'insurge contre les «extrémistes de la prévention» contre l'alcool. Ses propos sont «totalement déplacés», dénonce le PS.

de
Till Hirsekorn/Olivia Fuchs
Le président du salon suisse Goûts et Terroirs est un amateur vin.

Le président du salon suisse Goûts et Terroirs est un amateur vin.

Dans une interview accordée au magazine de la Régie fédérale des alcools, Christophe Darbellay n'a pas mâché ses mots. L'amateur de vin a fait part de son mécontentement concernant les organisations de prévention. Selon lui, les producteurs de spiritueux sont victimes des «extrémistes de la prévention». Le président du salon suisse Goûts et Terroirs estime que les «mesures visant à réduire la consommation» rendaient la vie difficile aux artisans.

Une société sans alcool

Interrogé par «20 Minuten», le président du PDC renchérit: «Les extrémistes de la prévention militent pour une société sans vin, sans bière et sans cigarette. Leurs organisations, qui coûtent trop cher, sont généralement dirigées par la gauche. En plus, elles ne servent pas à grand chose.» Rudolf Horber, secrétaire générale de l'Alliance des milieux économiques pour une politique de prévention modérée (AEPL), s'est réjoui: «C'est bien que Darbellay dise ce qu'il en est!»

Discours pas étonnant

Du côté du PS, les réactions ont été moins positives: «Ses propos sont totalement déplacés», estime la conseillère nationale Susanne Lentenegger Oberholzer. «Mais en tant que lobbyiste des producteurs de vin, son discours ne m'étonne pas vraiment», a-t-elle ajouté. Simon Frey d'Addiction Suisse s'est empressé de réfuter le reproche selon lequel la prévention ne servait à rien: «L'introduction de la limite de 0,5 pour mille a amélioré la sécurité routière», a-t-il affirmé.

L'Office fédéral de la santé publique n'a pas souhaité commenter les propos de Christophe Darbellay, mais a souhaité rappeler les dégâts causés par la consommation d'alcool: 2000 décès et des coûts sociaux annuels d'environ 5,2 milliards de francs.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!