Cavale de Redoine Faïd: La prison théâtre de l'évasion fouillée
Actualisé

Cavale de Redoine FaïdLa prison théâtre de l'évasion fouillée

Les enquêteurs passaient au peigne fin jeudi la prison de Sequedin, cinq jours après l'évasion du faux braqueur repenti Redoine Faïd. Mercredi des explosifs avaient été retrouvés dans la maison d'arrêt.

Une fouille générale a débuté ce matin à la prison de Sequedin dans le Nord, cinq jours après l'évasion de Redoine Faïd, a indiqué déclaré un délégué syndical Ufap-Unsa justice à la prison de Sequedin.

Au moins 200 personnes de l'administration pénitentiaire, parmi lesquelles de nombreux surveillants, mais aussi des Eris (équipes régionales d'intervention et de sécurité), ont été mobilisées pour cette fouille générale, condition préalable à la réouverture des parloirs de la prison de Sequedin, selon M. Dobremetz. La fouille, qui a débuté ce matin tôt, devrait durer «une bonne partie de la journée», selon le délégué syndical. Elle vise selon lui à «montrer qu'on réagit par rapport à ce qui s'est passé samedi et à rassurer les personnels».

Des explosifs retrouvés dans la prison

Un téléphone portable et des explosifs ont été retrouvés mardi dans des toilettes de la prison de Sequedin (Nord), dans le cadre de l'enquête sur l'évasion du braqueur Redoine Faïd, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

«Il y a un téléphone et du plastic qui ont été retrouvés dans les toilettes qui sont sur la coursive. (...) C'est une toilette qui est tout le temps ouverte, à proximité du bureau du surveillant, mais ouverte et à la disposition de tout le monde, sur l'extérieur sur la coursive», a précisé cette source. Le parquet de Lille s'est refusé à tout commentaire.

Un détenu complice?

«N'importe qui a pu dissimuler ça là-dedans», selon la même source syndicale. Ces objets ont été, selon cette source, retrouvés mardi, sur les indications d'un détenu interrogé dans le cadre de l'enquête sur l'évasion. «Un détenu a été auditionné et a fait savoir qu'il y avait un téléphone et du plastic», selon cette source syndicale.

Redoine Faïd, 40 ans, était détenu notamment pour sa participation présumée à une tentative d'attaque à main armée qui avait coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet, 26 ans, en mai 2010 à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). Une centaine de policiers français recherchent toujours activement le braqueur, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen et est recherché par Interpol, qui a mis en ligne lundi une «notice rouge» demandant à ses 190 pays membres de l'arrêter. (20 minutes/afp)

Redoine Faïd avait tenté de corrompre un surveillant

Redoine Faïd aurait tenté de corrompre un surveillant de la prison de Fresnes en fin d'année dernière. Selon «Le Parisien», le médiatique braqueur qui s'est évadé samedi matin de la maison d'arrêt de Sequedin, aurait au moins tenté le coup. Selon une source judiciaire citée par le quotidien, Redoine Faïd aurait demandé à un surveillant de «lui rendre un service». Sans préciser pourquoi, il lui aurait demandé d'entrer en contact avec sa femme, «disant que c'était important». En échange de ce service, il lui aurait proposé de l'argent.

Ton opinion