Suisse: La production de bière a pris l'ascenseur
Actualisé

SuisseLa production de bière a pris l'ascenseur

Les amateurs de cervoises sont de plus en plus nombreux sur sol helvétique. Le marché suisse de la bière a progressé de 1,4% pour l'année 2013/14. La production nationale s'élève à 4,64 millions d'hectolitres, ce qui représente 57 litres par personne.

La bière a la cote sur sol helvétique. Durant l'année 2013/2014, les Suisses en ont bu en moyenne 57 litres. Le marché brassicole suisse a progressé de 1,4% pour s'établir à 4,64 millions d'hectolitres. Pour l'Association suisse des brasseries, deux objets fédéraux risquent de mettre en péril cette bonne santé financière: le projet «Swissness» et la révision de la loi sur l'alcool.

«Des mois d'été pluvieux, comme nous en avons eu en juillet et en août, laissent des traces dans le bilan brassicole», a relevé Markus Zemp, président de l'Association suisse des brasseries (ASB), dans un communiqué publié mardi. Malgré les mauvaises conditions météorologiques estivales, l'exercice 2013/2014 est jugé positif par la branche.

Ce bon résultat est à mettre en relation avec un printemps chaud et ensoleillé. La belle saison a contrebalancé les mois de pluie de cet été.

Expansion indigène

Durant la période considérée, soit du 1er octobre 2013 au 30 septembre 2014, la fabrication de mousses indigènes a connu une croissance de 0,3%. Les brasseries suisses ont mis sur le marché 3,39 millions d'hectolitres de brunes et de blondes contre 3,38 lors de l'exercice précédent.

La production helvétique représente 73,2% des parts du marché. Elle doit, cependant, faire face à de nombreux défis dont la baisse du nombre de touristes sur sol helvétique en raison du franc fort. La situation économique tendue en Europe et le tourisme d'achat dans les pays limitrophes constituent également deux menaces à son développement.

Le nombre de fabricants de bière, sur sol helvétique, a aussi pris l'ascenseur. La Direction générale des douanes recense 473 brasseries actives contre 35 en 1985.

Les importations ont également augmenté de 4,3% pour s'établir à 1,24 million d'hectolitres. Cette progression est cependant en recul par rapport à l'année précédente puisqu'elle se situait alors à 9,1%.

Déplacement de la consommation

Au niveau des tendances du marché, on observe un report de la consommation des cafés-restaurants vers les magasins. Les amateurs de bières en boivent, en effet, de plus en plus souvent chez eux et un peu moins à l'extérieur dans les bistrots et autres débits de boissons.

Sur le plan politique, l'ASB combat deux objets fédéraux susceptibles, selon elle, d'affaiblir la branche. L'association s'attaque au projet «Swissness» et à la révision de la loi sur l'alcool.

Si le premier objet était accepté, la bière brassée en Suisse pourrait être privée de l'appellation helvétique: le label exclut l'eau, qui compose 90% de la bière, de sa liste des matières premières.

Quant à la révision de la loi sur l'alcool, elle propose d'imposer un prix minimal pour les boissons alcoolisées et d'interdire leur vente, la nuit, dans les commerces de détail. L'ASB rejette ces deux propositions qui entravent la liberté économique et touchent tous les consommateurs de manière indifférenciée.

Pour rappel, l'ASB est l'organisation faîtière de l'industrie brassicole suisse. Elle regroupe 16 entreprises qui produisent 96% des bières du pays. Ce secteur de production réalise un chiffre d'affaires d'environ un milliard de francs. 37'500 emplois en dépendent directement ou indirectement. (ats)

Ton opinion