Energies renouvelables: La production électrique de l'UE ne menace pas la Suisse
Actualisé

Energies renouvelablesLa production électrique de l'UE ne menace pas la Suisse

La sécurité d'approvisionnement et la compétitivité de la Suisse ne devraient pas être compromises par la production d'énergies renouvelables au sein de l'UE, selon Berne.

La Suisse restera la plaque tournante du transit d'électricité en Europe de l'Ouest et en Europe centrale, estime le Conseil fédéral

La Suisse restera la plaque tournante du transit d'électricité en Europe de l'Ouest et en Europe centrale, estime le Conseil fédéral

Keystone

Les énergies renouvelables dans leur ensemble, y compris l'hydraulique, sont devenues les sources d'énergie les plus importantes en matière de volume de production dans les pays de l'Union européenne (UE), devant la production d'électricité à partir du nucléaire et du charbon, en baisse. Cette hausse est constante sur les quinze dernières années et devrait se poursuivre.

Le plan de développement sur dix ans du Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d'électricité comprend des scénarios sur la production d'électricité dans l'UE à l'horizon 2030. Selon l'évolution du prix du CO2, les énergies renouvelables, sans la force hydraulique, devraient tenir le haut du pavé dans le mix énergétique européen, loin devant le nucléaire, le gaz ou le charbon.

Le développement des énergies renouvelables a pour effet que les capacités traditionnelles à l'étranger tendent à être remplacées. Il crée toutefois aussi des opportunités pour des centrales flexibles.

Plaque tournante

Tous ces éléments ne devraient pas changer beaucoup la donne pour la Suisse. Quel que soit le scénario d'avenir, la Suisse restera la plaque tournante du transit d'électricité en Europe de l'Ouest et en Europe centrale, estime le Conseil fédéral dans le rapport rédigé en réponse à un postulat du conseiller national Jacques Bourgeois (PLR/FR).

La sécurité d'approvisionnement et la compétitivité de la Suisse sur le marché de l'électricité ne sont donc pas compromises par les évolutions du marché européen, selon le gouvernement. Mais la conclusion d'un accord dans le domaine de l'électricité permettrait à la Suisse de rester intégrée dans le marché de l'UE.

Les prix pratiqués à l'échelle nationale pour l'électricité fournie à l'industrie seront encore et toujours déterminés en grande partie par les prix de gros. Pour les ménages et les petits clients, l'évolution des prix dépendra de l'éventuelle libéralisation complète du marché, qui accentuera davantage les différences de prix.

Consommation décalée

Le Conseil fédéral s'est également penché sur les réglementations s'appliquant aux entreprises gourmandes en électricité en Allemagne, Italie, France, Autriche, Grande-Bretagne et Pays-Bas. Elles n'entraînent en principe aucune distorsion de concurrence pour la Suisse.

Dans un système d'approvisionnement en électricité de plus en plus décentralisé, la question des réductions tarifaires en cas de consommation décalée (soit aux heures creuses) gagnera en importance, est-il relevé dans le rapport qui cite l'exemple des Pays-Bas. Une flexibilisation adéquate des tarifs peut inciter les entreprises à forte consommation à adopter un comportement servant le réseau et le système. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion