Actualisé 22.05.2019 à 08:36

Saint-Maurice (VS)

La prof de natation refuse de payer une taxe déchets

Une instructrice a vu ses coûts pour l'utilisation du bassin municipal augmenter de plus de 20%. Et ses recours auprès de la commune sont restés sans effet.

de
Julie Müller
La commune n'a pas l'intention de changer sa politique.

La commune n'a pas l'intention de changer sa politique.

Shironosov

La nouvelle facturation du traitement des ordures en vigueur depuis 2018 à Saint-Maurice (VS) ne fait pas l'unanimité. Valérie Duc, professeur de natation à son compte depuis 25 ans, propose deux heures de cours par semaine à la piscine municipale de sa commune de résidence.

Payant 750 francs par an la location des bassins, l'instructrice est tombée des nues en décembre dernier, lorsqu'elle a reçu pour la première fois de sa carrière une facture portant sur une taxe déchets pour entreprise. «En tant qu'indépendante, je ne m'en sors plus si je dois régler 160 francs en plus de la location à la piscine. Tout devrait être inclus», proteste-t-elle.

Elle est d'autant plus étonnée qu'elle donne également des leçons dans la commune de Collombey, sans devoir payer aucune taxe.

Demandes d'explications à répétition

Après un premier recours déposé par Valérie Duc en début d'année, la Municipalité lui a renvoyé la même facture en déclarant ne pas pouvoir entrer en matière. La deuxième tentative de la prof est restée lettre morte: seul un rappel, daté d'avril, lui est parvenu sans autre explication.

Valérie Duc n'est pas la seule dans cette situation. La dirigeante d'une autre école de natation trouve elle aussi la taxation exagérée: «Le tarif de 160 francs n'est que le minimum.» Elle aussi a cherché à obtenir des explications mais, sans réponse des autorités, elle a fini par régler sa facture.

Pas de changement en perspective

Damien Revaz, président de Saint-Maurice, comprend l'agacement exprimé par ces deux enseignantes. «Nous tentons de gérer la transition, mais nos services sont dépassés, précise-t-il. Concernant la location des bassins et la taxe déchets, tout est une question d'interprétation du contrat.»

Un argument pas convainquant pour Valérie Duc. «Les faits sont là, nous sommes une dizaine de professeurs indépendants à payer la location des bassins de ce lieu public, en plus de l'entrée payée par nos élèves. La taxe devrait y être intégrée.»

Mais le président de la commune campe sur ses positions. «Actuellement, nous ne couvrons pas nos coûts d'exploitation. Si la taxe devait être incluse dans la location des bassins, nous augmenterions le prix des loyers.»

Clubs sportifs exemptés

A l'inverse des écoles de natations et des professeurs indépendants comme Valérie Duc, les clubs sportifs ne s'acquittent pas de la taxe déchets. En effet, ils sont considérés comme des associations et, à ce titre, en sont exemptés, confirme Johan Haas, caissier du club de foot FC Saint-Maurice.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!