France: La prof frappe un élève de 8 ans, sa classe le défend
Actualisé

FranceLa prof frappe un élève de 8 ans, sa classe le défend

Une enseignante remplaçante a été renvoyée sur-le-champ après avoir violenté un écolier, mardi en région parisienne.

par
joc

Scène effarante dans une école élémentaire de Chelles, près de Paris, mardi. Une enseignante remplaçante a littéralement passé à tabac un élève de 8 ans pendant la récréation, rapporte «Le Parisien». Sous le choc, le petit Bilal* n'a pas été capable de raconter à ses parents ce qui s'était passé. Sa mère n'a compris ce qui lui était arrivé que par le biais de ses camarades de classe, notamment Anna*. À sa sortie de l'école, la fillette s'est en effet précipitée vers sa maman: «Maman! Maman! Bilal s'est fait taper par la maîtresse!» lui a-t-elle raconté.

Selon Anna, la prof remplaçante a d'abord mis Bilal dans un coin. Puis, la situation a totalement dérapé: l'enseignante a commencé par tirer l'oreille de l'écolier, avant de lui asséner des claques et de le tirer par le pull. La réaction des camarades de l'enfant a été remarquable: «Ils ont sauté sur la maîtresse et lui ont dit d'arrêter. Ils ont emmené Bilal aux toilettes et l'ont soigné», explique Imen, la maman de l'écolier. «Ils se sont interposés», confirme Kheira, la mère d'Anna.

«J'ai eu très peur de la maîtresse»

Le calvaire de l'enfant n'était cependant pas terminé. Selon les témoignages des élèves, l'enseignante a fait rentrer tout le monde en classe, où elle a humilié Bilal. «Elle leur a dit qu'elle n'allait pas dormir de la nuit à cause de ce qui s'était passé. Elle a ajouté que c'était de la faute de Bilal, qu'il l'avait cherché», explique la maman d'Anna. De retour chez lui, l'écolier s'est muré dans le silence. «J'ai eu très peur de la maîtresse. Ses yeux allaient sortir de sa tête», a-t-il seulement confié à sa mère.

L'inspection académique, qui confirme les faits, dit avoir mis immédiatement fin au contrat de la remplaçante. «Elle a maltraité un enfant. C'est inacceptable. Deux enseignants ont été témoins de la scène», rapporte l'administration. Les parents de Bilal seront reçus par l'inspection académique et une cellule psychologique a été mise en place pour les enfants et les adultes qui en auraient besoin. La mère de Bilal a porté plainte et devait se rendre jeudi à l'école pour parler de cette affaire.« Ce n'est pas de la colère de la part de l'enseignante. C'est de la folie», conclut Imen, qui s'inquiète pour la suite de la scolarité de son fils.

*Prénoms d'emprunt

Ton opinion