Au tour du Valais et de Berne: La prohibition de la fumée fait un tabac
Actualisé

Au tour du Valais et de BerneLa prohibition de la fumée fait un tabac

Fumer sera interdit dans les restaurants valaisans et bernois dès le 1er juillet.

Avec des nuances, qui illustrent parfaitement la confusion au niveau suisse que les Chambres fédérales n'ont de loin pas levée. Il faut attendre que le peuple mette de l'ordre. Pas avant 2011.

D'ici là, il est recommandé au fumeur qui voyage beaucoup en Suisse de se munir d'un guide des législations cantonales. Si, de part et d'autre du Lötschberg, on ne pourra plus griller une clope que dans des fumoirs spécialement aménagés, il sera possible de se faire servir un verre à Kandersteg (BE) alors que le personnel ne pourra pas y accéder à Brigue (VS).

Suisse romande stricte

En poursuivant son chemin, le voyageur aura le droit de fumer dans le canton de Vaud, mais seulement jusqu'à fin août, la loi entrant alors en vigueur. Il devra en revanche éteindre sa cigarette à Neuchâtel où la loi est entrée en vigueur en avril. Quelques kilomètres plus loin, il pourra à nouveau fumer dans le Jura, où le Parlement étudie une motion.

Ailleurs en Suisse romande, Fribourg et Genève prévoient également de n'autoriser les produits du tabac que dans des fumoirs sans service. La loi entrera en vigueur début 2010 sur les bords de la Sarine alors que le peuple se prononcera le 27 septembre au bout du lac.

Les Genevois ont déjà dit «oui» une première fois à 80%. Mais l'interdiction, entrée en vigueur pour quelques mois en 2008, a dû être levée parce que le Conseil d'Etat, pressé de l'appliquer, n'a pas respecté la procédure.

En Suisse alémanique aussi

Si le voyageur poursuit son chemin en Suisse alémanique, il sera confronté à la même mosaïque géographique entre les cantons plus ou moins prohibitionnistes et les autres. Alors qu'en Suisse romande la tendance est plutôt aux fumoirs sans service, il est en général plus facile de trouver des cantons alémaniques où on peut consommer dans les fumoirs, à condition que le personnel ait expressément donné son accord.

Cette dernière solution est la plus proche de la loi fédérale, adoptée par les Chambres l'an dernier. Mais le Parlement s'était montré encore plus laxiste. Non seulement il a autorisé les fumoirs avec service et consentement du personnel, mais il a permis également aux plus petits établissements, de moins de 80m2, de déroger à l'interdiction.

En permettant aux cantons de se montrer plus restrictifs, la loi fédérale participe à cette situation désordonnée. Sans compter qu'elle se fait attendre. Sous toit depuis octobre dernier, elle n'a toujours pas été mise en vigueur, en attente d'une ordonnance d'application.

Loi fédérale pas avant 2010

Cette dernière devrait être mise en consultation auprès des milieux concernés vraisemblablement cet été, a indiqué à l'ATS l'Office fédéral de la santé publique. L'entrée en vigueur n'est ainsi pas attendue avant le début 2010, précise Karine Begey, porte- parole de l'OFSP, chargée de communication du Programme national tabac.

Certes, avec le temps, l'interdiction de fumer sera généralisée. Il n'en demeurera pas moins certaines différences, liées aux fumoirs, avec ou sans service, et à la taille des établissements, qui ne faciliteront pas la vie à ceux qui passent souvent d'un canton à l'autre.

Une solution à ce désordre pourrait venir du peuple, via la Ligue pulmonaire suisse qui a lancé une initiative populaire exigeant des règles claires, sévères et applicables dans toute la Suisse. Estimant, sondage à l'appui, que plus de deux Suisses sur trois soutiennent le texte, la ligue s'attend à recueillir les 100'000 paraphes d'ici la fin de l'année, près d'un an avant le délai. (ats)

Ton opinion