Actualisé 12.02.2013 à 18:15

NeuchâtelLa Providence: échec des négociations

L'impasse est totale dans le conflit à l'hôpital neuchâtelois de la Providence. Les syndicats et les grévistes ont refusé un protocole d'accord du Conseil d'Etat.

«Nous regrettons l'échec des négociations», a déclaré le président du Conseil d'Etat neuchâtelois Philippe Gnaegi. «Lundi, je croyais que nous avions un accord où chaque partie sortait la tête haute», a ajouté le ministre qui ne cachait pas son incompréhension après l'échec des négociations.

Protocole d'accord

Réuni au complet, le gouvernement neuchâtelois s'est dit surpris après la décision des syndicats de refuser de signer le protocole d'accord qu'il a élaboré pour mettre fin au conflit. Il a relevé que la direction de l'hôpital de la Providence avait accepté ses propositions pour sortir ce dossier de l'impasse.

Les négociations entamées vendredi et qui se sont poursuivies en ce début de semaine avaient débouché sur l'élaboration d'un protocole d'accord que les représentants des parties ont accepté de soumettre à leurs organes respectifs. «Celui-ci a malheureusement été refusé par l'assemblée des grévistes, rendant définitivement impossible toute solution négociée à ce conflit», a relevé le gouvernement.

Colère des syndicats

Les syndicats ne veulent pas être accusés d'avoir fait capoter les négociations. «Aucune des propositions syndicales n'a été acceptée par le Conseil d'Etat neuchâtelois qui s'est fait l'avocat de l'une des deux parties», a ainsi dénoncé Yves Mugny, secrétaire central SSP-VPOP. La grève va donc se poursuivre.

«Les négociations étaient un vrai diktat», a renchéri Stefan Giger, secrétaire général SSP. Pour les syndicalistes et les grévistes, le gouvernement n'a pas joué son rôle de médiateur. Ils l'accusent au passage d'avoir favorisé l'hôpital de la Providence. Pour les deux syndicats, le protocole d'accord faisait fi des revendications des 22 grévistes.

Pas deux CCT

Pour les syndicats comme pour les grévistes, il ne peut pas y avoir deux conventions collectives de travail dans le domaine de la santé à partir de 2015. Une CCT santé 21 pour le canton et une autre CCT qui s'appliquerait à l'hôpital de la Providence s'il était repris par le groupe de cliniques privées Genolier (GSMN). La même CCT doit s'appliquer à tout le secteur de la santé dans le canton.

Pour la direction de l'hôpital de la Providence, les choses sont désormais claires. «Les syndicats ne défendent plus ni l'intérêt des emplois, menacés par un renoncement de GSMN ni celui des syndiqués licenciés dont la Providence était prête à favoriser la réintégration», a expliqué l'établissement dans un communiqué.

Groupe Genolier

Le Conseil d'Etat a rappelé mardi que la reprise de l'hôpital de la Providence qui emploie quelque 340 personnes par le groupe Genolier apparaît comme la meilleure solution pour assurer la pérennité des prestations délivrées par l'hôpital et les emplois. Malgré cette impasse, le groupe Genolier devrait vraisemblablement venir à Neuchâtel, a laissé entendre Philippe Gnaegi. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!