Vevey (VD): La querelle d'ego entre élus s'aggrave davantage
Publié

Vevey (VD)La querelle d'ego entre élus s'aggrave davantage

La crise au sein de l'Exécutif veveysan vire à la farce. La médiation annoncée mardi est déjà interrompue.

par
Yannick Weber

Interview croisée de Jérôme Christen (Vevey Libre) et Elina Leimgruber (Les Verts)

La querelle prend de l'ampleur, mais ses origines sont du domaine de l'anecdote. Tout tourne autour d'un simple communiqué de presse, envoyé mardi. La Municipalité de Vevey (VD) y disait avoir amorcé une médiation pour résoudre des «tensions internes». Elle n'a pas fait long feu.

Car le communiqué n'avait pas l'aval des deux membres Vevey Libre du collège, selon eux. Pour Jérôme Christen et Michel Agnant, celui-ci, dans sa formulation, les visait directement: «Le troisième paragraphe est une attaque directe à notre encontre.» Celui-ci fait mention des tensions et d'un supposé «non-respect des règles». Ils ont fait appel à un avocat pour bloquer sa publication et prévenir qu'ils claqueraient la porte de la médiation en cas de diffusion.

La syndique Elina Leimgruber (Les Verts) l'a tout de même envoyé. Les deux élus ont alors organisé leur propre intervention face aux médias, mercredi matin. «Elle n'a pas respecté les règles, et de facto a mis un terme au processus», a déclaré Jérôme Christen, précisant que son rendez-vous avec la médiatrice, prévu l'après-midi même, avait été annulé.

Collège scindé et dialogue rompu

«Je n'étais même pas au courant que mes collègues s'adressaient à la presse de leur côté», a réagi dans la foulée Elina Leimgruber, qui explique avoir rendu la médiation publique «par souci de transparence et pour couper court aux rumeurs». Dans l'après-midi, un nouveau communiqué issu de «la majorité de la Municipalité» appelait à une reprise du processus. Car l'Exécutif est en plein schisme. D'un côté, la syndique et ses collègues Lionel Girardin (PS) et Etienne Rivier (PLR). De l'autre, le duo des municipaux Vevey Libre.

Béatrice Métraux, cheffe du Département des institutions qui a mandaté la médiation, temporise. «A ce stade, aucune autre mesure n'est envisagée. Nous allons évaluer la situation dans les prochains jours», a-t-elle déclaré.

Si tous se tirent dans les pattes et s'accusent parmi, ils semblent au moins s'entendre sur un point: «Ce sont des problèmes d'ego et de personnalité. Politiquement, nous sommes finalement assez proches», estime Jérôme Christen. «Effectivement, on se rapproche sur beaucoup de choses», abonde Elina Leimgruber.

Un climat délétère

Les tensions remontent à plusieurs mois. Le dossier du parc locatif, retiré des mains de Michel Agnant, a mis le feu aux poudres et a scindé l'exécutif en deux. Épaulé par son collègue de parti, l'élu haïtien s'est montré combatif. «Le seul qui peut me faire dégager, c'est le peuple», a-t-il répondu à la question de savoir s'il se sentait poussé vers la sortie. Le quotidien «La Liberté» révélait mercredi que son propre parti se distanciait de ses municipaux. Le PS veveysan a lui convoqué une séance extraordinaire pour décider de sa stratégie, tout en pointant du doigt l'attitude des élus de Vevey Libre.

Ton opinion