29.03.2017 à 16:40

Etats-Unis

La quincaillerie fournissait les labos de drogue

Deux hommes sont jugés pour avoir massivement vendu dans leur magasin de camping du «Polar Pure». Ce produit sert à fabriquer de la méthamphétamine.

Le «Polar Pure», un produit bien utile à base d'iode servant à purifier l'eau.

Le «Polar Pure», un produit bien utile à base d'iode servant à purifier l'eau.

DR

Derrière le comptoir de leur quincaillerie de Chattanooga, les frères Honeycutt auraient continué à vendre tranquillement leur matériel de camping s'ils n'avaient constaté un intérêt croissant d'une partie de leur clientèle pour un désinfectant pouvant servir à fabriquer de la méthamphétamine. Leur basculement dans la délinquance, évoquant les aventures des apprentis chimistes de la série télévisée «Breaking Bad», a été examiné mercredi par la Cour suprême des Etats-Unis.

L'affaire débute en 2008 dans le sud du Tennessee, dans un décor de l'Amérique telle qu'on se l'imagine: un surplus militaire au bord d'une route voyant défiler les pick-ups, entre un garage et un fast-food.

Le «Brainerd Army Store» est un commerce familial: le fonds est possédé par le père Honeycutt ainsi que par Tony, l'un de ses fils. Terry, le deuxième fils, n'est qu'un simple employé, chargé de la caisse et de l'inventaire. On trouve de tout chez les Honeycutt: tentes et duvets, sacs à dos, chaussures de marche, lampes-tempête, en gros le nécessaire pour vivre à l'air libre.

- Grand bol d'air... iodé -

On trouve aussi du «Polar Pure», un produit bien utile à base d'iode servant à purifier l'eau. Sachant qu'une petite fiole de Polar Pure peut décontaminer 2000 litres d'eau, comment expliquer que certains clients au look un peu bizarre en achètent jusqu'à 12 d'un coup ?

Terry s'en étonne, et va jusqu'à s'en ouvrir à la police un beau jour de 2008. Les policiers lui confirment que les cristaux d'iode du Polar Pure peuvent rentrer dans la composition de la méthamphétamine, et lui conseillent d'arrêter d'en vendre. Mais, flairant un bon filon, les Honeycutt font la sourde oreille.

Les transactions s'envolent, jusqu'à ce que le Polar Pure devienne la première source de revenus du magasin. En clair, les Honeycutt sont devenus les fournisseurs des laboratoires clandestins de toute la région. Quand la police vient fourrer son nez dans le livre des comptes de la quincaillerie, elle découvre que le Polar Pure a généré 269'000 dollars de bénéfices en trois ans !

- Cristaux du pactole -

Les deux frères sont inculpés d'association de malfaiteurs pour vendre de l'iode en connaissance de son usage illégal. Tony plaide coupable et négocie une peine prévoyant notamment qu'il rende 200'000 dollars sur les bénéfices. Terry, lui, choisit d'être jugé. Il se retrouve condamné à payer le reste du montant, soit 69'752 dollars.

C'est là que surgit le problème de droit qui a valu à cette affaire l'attention des huit plus hauts magistrats du pays: Terry n'est qu'un employé du «Brainerd Army Store», il n'est pas intéressé aux ventes, et donc par conséquent affirme que toute saisie des bénéfices ne saurait grever ses économies. «Le plaignant n'a rien gagné !», a martelé mercredi à la Cour suprême Adam Unikowsky, l'avocat du magasinier.

Le gouvernement américain ne conteste pas ce point, mais maintient que Terry est redevable des sommes malhonnêtement gagnées, en tant que complice de son frère. Une «position qui n'a aucun fondement dans les textes de loi», selon M. Unikowsky. Terry devra-t-il donc rendre l'argent ? Réponse d'ici fin juin dans un arrêt de la haute cour. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!