Actualisé 08.10.2012 à 16:03

ValaisLa raffinerie de Collombey va redémarrer

L'Etat du Valais a autorisé lundi le redémarrage de la raffinerie Tamoil à Collombey (VS). Elle avait été fermée pour des travaux d'assainissement.

La raffinerie avait été mise à l'arrêt pour des travaux d'entretien

La raffinerie avait été mise à l'arrêt pour des travaux d'entretien

La raffinerie Tamoil peut redémarrer. Les conditions fixées par le Valais ont été globalement remplies, selon un communiqué du conseil d'Etat publié lundi. Mais si elle veut à nouveau entrer en fonction après son nouvel arrêt prévu en 2013, la raffinerie de Collombey devra encore se soumettre à des exigences supplémentaires. D'ici là, les rejets dans l'air et l'eau seront contrôlés.

Avant de redémarrer ses installations, après l'arrêt prévu de septembre dernier, la raffinerie de Collombey devait remplir dix conditions, qui lui ont été notifiées en mars par le Valais. Il s'agissait notamment de mettre en place les mesures techniques et d'exploitation propres à éviter tout dépassement des normes pour les oxydes d'azote sur la turbine à gaz et de prévenir toute fuite accidentelle d'hydrocarbures ou de boues depuis les bassins de la STEP.

Le Département des transports, de l'équipement et de l'environnement (DTEE) a effectué des contrôles vendredi dernier et lundi (aujourd'hui) et en a conclu que «les conditions d'assainissement fixées sont globalement atteintes» et que la raffinerie peut redémarrer.

Tamoil au pied du mur

Le DTEE avait mis Tamoil au pied du mur en mars dernier. Il avait fixé les 10 exigences à remplir «impérativement» avant le redémarrage de la raffinerie suite à son arrêt de septembre. Des retards avaient été accumulés depuis 2009 déjà dans l'exécution des assainissements exigés par le canton. Il s'agissait notamment de mettre en place les mesures techniques et d'exploitation propres à éviter tout dépassement des normes pour les oxydes d'azote sur la turbine à gaz et de prévenir toute fuite accidentelle d'hydrocarbures ou de boues depuis les bassins de la STEP.

Lundi, les experts ont pu contrôler que sur les 40 mesures contenues dans les 10 objectifs, 29 mesures sur 31 ont été réalisées en matière de protection de l'air. Quant à la protection de l'eau, six mesures sur neuf ont été effectuées. Les mesures restantes seront réalisées avant le 12 octobre pour deux d'entre elles et d'ici au 31 janvier pour la dernière.

Nouvel arrêt en 2013

Les autorités valaisanne constatent donc avec satisfaction que la première série de mesures a été réalisée. Le DTEE veillera que la suite des mesures d'assainissement sera réalisée selon le calendrier prévu. Il rappelle que si la raffinerie veut redémarrer après son prochain arrêt prévu en mai-juin 2013, elle devra remplir cinq conditions. Tamoil devra ainsi démontrer que le respect des normes en matière de protection de l'air est garanti et avoir complètement réhabilité son système de traitement des eaux usées. Si toutes ces exigences ne sont pas remplies, le redémarrage des installations sera interdit. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!