Une vue à la Terminator: La réalité augmentée dans un verre de contact
Actualisé

Une vue à la TerminatorLa réalité augmentée dans un verre de contact

Des chercheurs de l'Université de Washington ont mis au point un prototype de lentille de contact capable de transmettre des informations visuelles à son possesseur.

par
man

Le professeur en biotechnologies Babak Amir Parvis et ses étudiants de l'Université de Washington, ont présenté l'état de développement de leur prototype de vision bionique, permettant de superposer des informations au champ de vision de la personne portant les verres de contact. Les lentilles, qui sont actuellement testées sur des yeux de lapins, intègrent des microcomposants semi-transparents, tels que des capteurs et des circuits métalliques, pouvant être portées sans difficultés pendant 20 minutes, fait-on savoir sur le site ieee.org.

Pour le moment, le verre de contact n'est doté que d'une seule diode LED, et est alimenté grâce à la technologie sans fil à l'aide d'antennes intégrées, mais Babak Amir Parvis prévoit dans un avenir proche de l'équiper de centaines de diodes pour créer une image et contribuer à augmenter la résolution des textes et des photos affichés par le dispositif.

Les applications pratiques imaginées par le professeur se concentrent notamment sur le domaine médical, avec par exemple la possibilité pour des personnes diabétiques de «garder un œil» sur leur taux de glycémie, grâce à un capteur, sans avoir besoin de se piquer le doigt.

«Les verres de contact sont portées quotidiennement par plus d'une centaine de millions de personnes, et ils sont l'un des seuls produits de masse jetables, qui reste en contact avec l'intérieur de l'organisme, par l'intermédiaire des fluides, pendant un temps prolongé», explique le professeur Parvis. «Une lentille de contact pourrait être configurée pour surveiller le taux de cholestérol, de sodium et de potassium pour ne nommer que quelques cibles potentielles», continue-t-il. «Couplé avec un émetteur de données sans fil, la lentille pourrait relayer l'information à des infirmiers ou des infirmières instantanément, sans besoin d'aiguilles ou de chimie de laboratoire», ajoute-t-il.

Ton opinion