Lausanne HC: La rébellion s'organise en coulisse
Actualisé

Lausanne HCLa rébellion s'organise en coulisse

Les sponsors réagissent au lendemain du licenciement en bloc
du conseil d'administration du club de Malley.

par
Julien Caloz
Les supporters lausannois vivent une fin de saison agitée.

Les supporters lausannois vivent une fin de saison agitée.

«Il va y avoir une mobilisation importante. Il faut une rébellion!» Président du Puck d'Or (créé en 1983, qui compte 342 membres et a versé plus d'un demi-million au club c­ette saison), Christian Bolay a moyennement apprécié les manœuvres du propriétaire lausannois Barry Alter (voir ci-contre). «C'est quand même incroyable. C'est la première fois que le club obtient deux titres consécutifs de champion de LNB et on vire tout le monde. C'est le moment d'agir.»

Pour l'heure, l'action se limite à la réflexion. «Qu'est-ce que les nouveaux dirigeants veulent pour le club?» se demande Daniel Guex, directeur de l'entreprise automobile éponyme et sponsor du club depuis cinq ans (participation à hauteur de 150 000 francs cette saison). «Il faut voir les objectifs. Aujourd'hui je suis choqué et, pour être honnête, je ne sais pas si nos voitures rouleront encore sur la glace de Malley entre les tiers-temps.» «C'est le genre d'histoires que l'on n'aime pas du tout», soutient Charles Trachsel, patron du sponsor D.E.S. Systèmes de sécurité S.A. «Tout allait bien jusqu'à ce que l'on chamboule tout. C'est problématique.»

Le pessimisme n'a pas en­core converti Rheinfelden (AG), où Feldschlösschen met en bouteille la bière 1664, omniprésente à Malley. «Nous venons de prolonger pour trois ans le contrat de sponsoring avec le LHC», rappelle le porte-­parole Markus Werner. Partenaire du club depuis le milieu des années 1990, la marque entend poursuivre ses efforts à Lausanne. «L'équipe est très populaire et représente une plate-forme idéale.»

Nouvelles têtes

Le futur conseil d’administration du Lausanne Hockey Club est composé du notaire Patrick de Preux, du directeur des ressources humaines de Rolex Christophe Bally, de l’ancien joueur Sascha Weibel et de Barry Alter. Ce dernier, qui est l’un des propriétaires du LHC, assumera la présidence tandis que Weibel remplacera Gérard Scheidegger au poste de directeur du club. Barry Alter avait relevé de ses fonctions lundi l’ensemble du conseil d’administration du LHC. Le Canadien lui reprochait un manque de résultats sportifs et financiers.

Ton opinion