Actualisé 26.11.2014 à 08:44

Genève

La réduction de peine du pervers indigne un papa

Le père d'une victime d'un pédophile récemment rejugé en appel se déclare choqué par l'adoucissement de la sentence: trois ans dont deux avec sursis.

de
jef

Cédric raconte s'être «écroulé» quand il a appris la réduction de peine qu'a obtenu en appel l'agresseur de sa fille. Il crie toute son incompréhension dans «le Matin». «Il est condamné comme s'il n'avait commis qu'une broutille. Même les personnes qui ont commis un excès de vitesse passent plus de temps en prison que lui!» En avril 2013, le pédophile avait été condamné à quatre ans de prison ferme par le Tribunal correctionnel. Fin octobre, la Chambre pénale d'appel et de révision a raboté la sentence: l'homme n'écope finalement que de trois ans de prison, dont deux avec sursis.

Voici quatre ou cinq, le condamné avait emmené la fille de Cédric, alors âgée d'une dizaine d'années, dans la cave de son immeuble. Il s'était alors masturbé devant elle. Arrêté en juillet 2001, il a été jugé pour 19 cas similaires. Il en a reconnu entre 30 et 40, et l'enquête en a répertorié une soixantaine.

Durant ses huit mois de détention préventive, il a suivi un traitement psychiatrique et aurait pris conscience de la gravité de ses actes. Son avocat, Me Pierre Bayenet, était convaincu qu'une incarcération prolongée augmenterait le risque de récidive. Les juges de la Cour d'appel ont suivi ce raisonnement.

Cédric, lui, est révolté. «Je veux signaler au monde politique, judiciaire et à la population ce qui se passe», explique-t-il au «Matin». Il espère rencontrer le procureur général, dans l'espoir que le Parquet conteste ce dernier jugement devant le Tribunal fédéral.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!