Administration genevoise: La réforme du système d'évaluation attendra
Actualisé

Administration genevoiseLa réforme du système d'évaluation attendra

Le Conseil d'Etat genevois a annoncé mercredi avoir abandonné le projet SCORE lancé il y a dix ans et visant à opérer une refonte de la grille salariale.

Le projet SCORE a été dès le début vivement combattu par les syndicats des fonctionnaire (photo prise en mai 2014).

Le projet SCORE a été dès le début vivement combattu par les syndicats des fonctionnaire (photo prise en mai 2014).

Keystone/archive

La réforme du système d'évaluation et de rémunération du personnel de l'Etat de Genève attendra. Le Conseil d'Etat genevois a annoncé mercredi avoir abandonné le projet SCORE qui avait été lancé il y a dix ans. Lui-même peu convaincu par la solution envisagée, il a constaté l'impossibilité d'aboutir face aux réticences des uns et des autres.

«C'est une décision de courage et d'honnêteté», a commenté devant les médias la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet, responsable des finances du canton de Genève. Le projet SCORE a été dès le début vivement combattu par les syndicats des fonctionnaires, qui lui reprochaient son côté opaque.

Une tare qu'admet d'ailleurs le gouvernement genevois. SCORE avait comme péché originel d'être «une boîte noire», la formule qui établissait les barèmes était inaccessible, a souligné le président de l'exécutif Antonio Hodgers. Il ne servait à rien, selon le Conseil d'Etat, de faire durer le projet 2 ou 3 ans supplémentaires.

Réforme indispensable

Cet abandon ne signifie toutefois pas que le système d'évaluation et de rémunération du personnel de l'Etat et des grands établissements qui lui sont liés n'a pas besoin d'un important toilettage. Un nouveau projet de réforme sera élaboré sur des bases repensées, avec la volonté de ne pas refaire les mêmes erreurs.

La réévaluation des fonctions de l'Etat de Genève devra être menée selon les principes de la transparence, de l'égalité entre hommes et femmes et de l'équité, a relevé Mme Fontanet. Il faudra trouver avec les partenaires sociaux un consensus sur les critères d'évaluation. Certains seront gagnants, d'autres feront partie des perdants.

En dix ans, le canton de Genève aura dépensé en mandats externes environ 1,8 million de francs pour SCORE. «A l'Etat, nous avons travaillé sans ressources supplémentaires», a noté Mme Fontanet. La magistrate a promis de revenir avec un nouveau plan de réévaluation générale de la fonction publique d'ici à quelques mois.

L'abandon de SCORE a été accueilli avec satisfaction par les syndicats SSP et SIT. Dans un communiqué, ce dernier s'est désolé du gâchis politique et financier lié au projet. Les syndicats attendent maintenant la reprise des évaluations de certains métiers, où rien n'a pu bouger pendant 10 ans à cause de cette réforme avortée. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion