Espagne: la région de Madrid veut attirer les fortunes étrangères

Publié

EspagneLa région de Madrid veut attirer les fortunes étrangères

Les autorités madrilènes de droite ont présenté mardi un projet d’abattement fiscal destiné aux investisseurs. La déduction vise à contrebalancer un impôt national frappant les plus riches.

Les personnes venant de l’étranger et investissant à Madrid dans des actifs financiers ou immobiliers pourront déduire 20% de leur investissement de (la part régionale de) leur impôt sur le revenu, a annoncé le gouvernement de la région.

Les personnes venant de l’étranger et investissant à Madrid dans des actifs financiers ou immobiliers pourront déduire 20% de leur investissement de (la part régionale de) leur impôt sur le revenu, a annoncé le gouvernement de la région.

Photo d’illustration/Pixabay

La région de Madrid, dirigée par une figure de la droite espagnole, a dévoilé un projet de déduction fiscale destiné à attirer les fortunes étrangères et présenté comme un «contrepoids» à un impôt du gouvernement de gauche touchant les plus riches.

Avec cet abattement, «les personnes venant de l’étranger et investissant à Madrid dans des actifs financiers ou immobiliers» pourront «déduire 20% de leur investissement de (la part régionale de) leur impôt sur le revenu», a expliqué à la presse Javier Fernandez-Lasquetty, responsable de la politique économique du gouvernement régional.

Contrepoids institutionnels

«Nous pensons que Madrid peut attirer de l’épargne, de l’investissement» grâce à cette mesure, a-t-il défendu, se disant «préoccupé» par l’impact sur l’investissement du nouvel impôt sur les grandes fortunes créé par le gouvernement central du socialiste Pedro Sanchez.

Figure du Parti populaire (droite), la présidente de la région de Madrid, Isabel Diaz Ayuso, avait dit la semaine dernière que cette déduction fiscale avait pour but de «transmettre à la communauté internationale des investisseurs un message clair: il y a en Espagne des contrepoids institutionnels et une alternative à ce gouvernement» central.

Régions de droite accusées de créer des paradis fiscaux

L’annonce de cette mesure, qui doit encore être approuvée par le parlement régional, intervient dans un contexte préélectoral à quatre mois des régionales de la fin mai et à moins d’un an des législatives, où le PP (Partido Popular, de droite) est donné en tête dans les sondages.

En Espagne, pays très décentralisé où les régions ont de larges compétences notamment en matière fiscale, plusieurs régions de droite avaient été accusées à l’automne de créer des «paradis fiscaux» en baissant la part de l’impôt sur le revenu ou sur le patrimoine leur revenant. Chantre de la lutte contre les impôts, Isabel Diaz Ayuso avait déjà supprimé en 2021 une quinzaine de taxes locales dans sa région.

Un impôt pour financer des dépenses sociales records

L’«impôt de solidarité sur les grandes fortunes» du gouvernement central touchera les personnes disposant d’un patrimoine supérieur à trois millions d’euros, soit 0,2% de la population, et devrait rapporter 1,5 milliard d'euros en 2023 et 2024.

Il est destiné à financer les dépenses sociales records prévues dans le cadre du dernier budget.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire