Suisse - La remise d’une ferme s’apprend aussi par un jeu
Publié

SuisseLa remise d’une ferme s’apprend aussi par un jeu

Nommé «Parcours», un jeu tente de sensibiliser les familles au processus de transmission d’une exploitation agricole.

par
Samantha Medley
Un jeu suscite des réflexions collectives sur soi et sur le processus de transmission d’une ferme.

Un jeu suscite des réflexions collectives sur soi et sur le processus de transmission d’une ferme.

Haute école spécialisée bernoise

«Nous avons remarqué que souvent les questions juridiques, administratives et financières étaient prises en considération dans les processus de remise de ferme. Quant aux aspects émotionnels ou ayant trait aux relations interpersonnelles, ils n’étaient pas abordés. Or, ils peuvent créer à long terme des conflits de générations.» C’est fort de ce constat que Sandra Contzen, prof de sociologie rurale à la Haute École des sciences agronomiques, forestières et alimentaires à Zollikofen (BE) en collaboration avec d’autres enseignants et conseillers agricoles, et des familles paysannes, a eu l’idée d’imaginer un jeu de société.

Baptisé «Parcours», il s’adresse en particulier aux personnes qui prévoient ou ont déjà entamé un processus de remise de ferme. Les situations sont proches de la réalité, avec une touche d’humour. «Le jeu est un moyen ludique d’aborder des questions sensibles, de manière légère, mais aussi de réfléchir à la manière d’analyser des expériences autrement», estime Sandra Contzen.

Changer de perspectives

La remise ou la reprise d’une exploitation agricole est un processus complexe que l’on peut vivre en tant qu’acquéreur ou en tant que cédant. Pour l’enseignante en sociologie, les questions posées dans le jeu invitent les personnes à changer de perspective pour favoriser la compréhension mutuelle et la recherche de solutions en commun: «Qu’est-ce que cela veut dire pour ma mère ou pour mon père de laisser la place aux jeunes?» «Quels sont mes besoins?» «Quel est mon projet de vie en tant que repreneur ou cédant?»

En Suisse, plus de la moitié des chefs d’exploitations agricoles ont plus de 50 ans. C’est dire que le thème de la relève est plus que jamais d’actualité. «55 ans est le bon âge pour commencer à penser au processus de remise de ferme, sachant que les paiements directs cessent à 65 ans», précise Sandra Contzen.

Ton opinion