Tribunal fédéral: La rente AI restera même si les enfants grandissent

Actualisé

Tribunal fédéralLa rente AI restera même si les enfants grandissent

L'autonomie des enfants n'influera pas sur la rente AI. Le TF s'est conformé à une jurisprudence de Strasbourg.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

La rente d'une bénéficiaire de l'AI, qui n'exerce pas d'activité lucrative mais pourrait en reprendre une parce que ses enfants ont grandi, ne peut être supprimée ou diminuée. Le Tribunal fédéral s'est une nouvelle fois conformé à une jurisprudence de Strasbourg.

Dans un nouvel arrêt, publié mardi, il relève que la suppression ou la diminution d'une rente de l'AI n'est pas admissible lorsque des raisons familiales modifient le statut de l'assurée et que celle-ci n'est plus considérée comme personne n'exerçant pas d'activité lucrative mais comme une personne exerçant une activité à temps partiel.

Les juges fédéraux tiennent ainsi compte d'un arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme, rendu en février 2016. La haute instance européenne avait condamné la Suisse pour violation du principe d'interdiction de discrimination et atteinte au respect du droit à la protection de la vie familiale.

Méthode mixte abandonnée

Les juges de Strasbourg avaient accepté la requête d'une femme qui avait dû cesser de travailler à plein temps en raison de problèmes dorsaux. Elle avait obtenu une demi-rente AI, qui avait toutefois été supprimée après la naissance des enfants.

L'AI s'était fondée sur la méthode mixte qui est utilisée pour déterminer la capacité de travailler des personnes occupées à temps partiel, en très grande majorité des femmes.

La Cour avait relevé que «d'autres méthodes de calcul respectant mieux le choix des femmes de travailler à temps partiel à la suite de la naissance d'un enfant sont concevables et qu'il serait ainsi possible de poursuivre le but du rapprochement entre les sexes sans pour autant mettre en danger l'objectif de l'assurance-invalidité».

Limite caduque

Le cas nouvellement tranché par le TF, en application de la jurisprudence de Strasbourg, concerne une mère de famille bénéficiaire d'un quart de rente AI. La rente avait cependant été limitée à fin juillet 2014, car l'AI avait considéré que la bénéficiaire pouvait à partir de cette date reprendre un travail, du fait que ses enfants avaient grandi et acquis plus d'autonomie.

L'Office AI du canton de Zurich avait appliqué pour le calcul de sa rente la méthode mixte critiquée par la Cour européenne, ce qui avait conduit à la suppression du droit à un quart de rente, une décision confirmée par le Tribunal des assurances sociales du canton de Zurich.

Dans son verdict, diffusé mardi, le TF annule la décision zurichoise. Il juge que le droit de cette mère de famille à bénéficier d'une rente perdure après fin juillet 2014. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion