OMC – La reprise du commerce mondial dépasse les attentes
Publié

OMCLa reprise du commerce mondial dépasse les attentes

Malgré les tensions des chaînes d’approvisionnement, le commerce des marchandises a dépassé son pic d’avant la pandémie, indique l’Organisation mondiale du commerce lundi.

Le fort taux de croissance annuel pour le commerce des marchandises en 2021 s’explique principalement par l’effondrement de l’année précédente.

Le fort taux de croissance annuel pour le commerce des marchandises en 2021 s’explique principalement par l’effondrement de l’année précédente.

Getty Images via AFP

Le commerce des marchandises a dépassé son pic d’avant la pandémie, a indiqué lundi l’OMC qui a revu à la hausse ses prévisions commerciales pour 2021 et 2022 malgré les tensions des chaînes d’approvisionnement. Selon les nouvelles estimations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le volume du commerce mondial des marchandises devrait croître de 10,8% en 2021 et de 4,7% en 2022. En mars, l’OMC tablait respectivement sur une hausse de 8% et de 4%.

Le fort taux de croissance annuel pour le commerce des marchandises en 2021 s’explique principalement par l’effondrement de l’année précédente, où le commerce avait touché le fond au deuxième trimestre. Cette croissance devrait, selon les économistes de l’OMC, se modérer à mesure que le commerce des marchandises retournera à la tendance de long terme qui était la sienne avant la pandémie de Covid-19.

«Des problèmes du côté de l’offre comme la pénurie de semi-conducteurs et le retard accumulé dans les ports pourraient tendre les chaînes d’approvisionnement et peser sur les échanges dans certains secteurs, mais ne devraient pas avoir d’incidence majeure sur les agrégats mondiaux», ont-ils estimé par ailleurs. En résumé, indique l’OMC, les prévisions actuelles sont proches du scénario optimiste indiqué dans les dernières prévisions commerciales, mais les risques du scénario pessimiste prédominent désormais, en raison notamment des tensions des chaînes d’approvisionnement mondiales et d’une possible résurgence du Covid.

Divergence d’un pays à l’autre

«Le commerce a été un instrument décisif pour lutter contre la pandémie et cette forte croissance souligne à quel point le commerce sera important pour soutenir la reprise de l’économie mondiale», a déclaré la directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala. Elle s’inquiète toutefois d’une forte divergence d’un pays à l’autre, certaines régions en développement étant loin d’atteindre la moyenne mondiale. Ainsi par exemple, les importations de l’Asie devraient augmenter de 9,4% en 2021 par rapport à 2019, tandis que celles des pays les moins avancés (PMA) diminueront de 1,6% sur la même période.

Dans l’ensemble, la reprise des échanges reste contrastée en fonction des régions. En particulier, le Moyen-Orient, l’Amérique du Sud et l’Afrique semblent s’orienter vers la reprise la plus faible du côté des exportations, tandis que le Moyen-Orient et l’Afrique connaîtront la reprise la plus lente du côté des importations. «L’accès inéquitable aux vaccins aggrave la divergence économique entre les régions. Plus longtemps l’iniquité vaccinale persistera, plus on court le risque que n’apparaissent des variants encore plus dangereux du Covid-19, ce qui enrayerait les progrès sanitaires et économiques accomplis jusqu’à présent», a-t-elle souligné.

Plus de 6 milliards de doses de vaccins anti-Covid ont été produites et administrées dans le monde, selon l’OMC, qui salue «un résultat remarquable, mais dont on ne peut se satisfaire malheureusement, au vu des fortes disparités qui existent en matière d’accès entre les pays».

«À l’approche de la douzième Conférence ministérielle de l’OMC (du 30 novembre au 3 décembre), les Membres doivent faire preuve d’unité et s’accorder sur une réponse forte de l’OMC à la pandémie qui jetterait les bases d’une production plus rapide des vaccins et d’une répartition plus équitable», a lancé Ngozi Okonjo-Iweala. «C’est une nécessité pour maintenir la reprise économique mondiale. La politique de vaccination constitue bien une politique économique – et aussi commerciale – critique», a-t-elle ajouté.

(AFP)

Ton opinion

12 commentaires