16.09.2020 à 09:16

Chine post-Covid«La reprise économique est maintenant sur des bases solides»

Une première cette année depuis le début de l’épidémie: la consommation en Chine s’est affichée en hausse en août sur un an, confirmant un retour progressif à la normale dans la seconde économie mondiale.

L’économie de l’Empire du Milieu, ravagée par le coronavirus reprend des couleurs. 

L’économie de l’Empire du Milieu, ravagée par le coronavirus reprend des couleurs.

AFP

La Chine, où le Covid-19 a été repéré en décembre avant de se propager dans le reste du monde, est le premier pays à avoir relancé son activité. Il apparaît donc à ce titre comme un baromètre pour le reste du monde, encore empêtré dans les problématiques immenses liée à la pandémie.

À titre économique, une nouvelle encourageante vient de l’Empire du Milieu: en août, les ventes de détail ont augmenté de 0,5% sur un an, a annoncé mardi le Bureau national des statistiques (BNS). Cet indicateur clé de la consommation avait plongé en début d’année au plus fort de l’épidémie (-20,5% sur un an en janvier et février). Et il s’était depuis toujours affiché en repli, bien que plus modérément ces derniers mois (-1,1% en juillet).

De ce fait, les consommateurs hésitaient toujours à reprendre une vie normale, malgré une nette amélioration dans le pays sur le front de l’épidémie. En outre, le pays n’a fait état mardi que de huit nouveaux cas de Covid-19 sur son sol. «Le regain de confiance des consommateurs laisse à penser que la reprise de l’activité dans le secteur des services va se poursuivre», estime l’analyste Julian Evans-Pritchard du cabinet Capital Economics.

L’hôtellerie à la traîne

Certains secteurs restent cependant à la peine comme l’hôtellerie, la restauration et les loisirs avec un taux d’activité de 57%, selon le BNS, qui y voit toutefois «un signe manifeste de reprise».

Pour encourager la consommation et in fine soutenir l’emploi, de nombreuses provinces ou communes ont lancé ces derniers mois des opérations commerciales à coups de bons d’achat ou de réductions.

Pékin a également redoublé d’efforts pour encourager ses exportateurs à cibler plutôt le vaste marché intérieur de la Chine, alors que ses principaux partenaires commerciaux en Europe et aux Etats-Unis restent très affectés par la pandémie.

Mais la demande en biens de consommation reste en repli par rapport à l’an dernier sur les huit premiers mois de l’année cumulés (-8,6%). La production industrielle a enregistré de son côté une hausse de 5,6% sur un an, après celle de 4,8% en juillet. Les analystes de Bloomberg tablaient sur une hausse moins prononcée (+5,1%).

«La reprise économique de la Chine est maintenant sur des bases raisonnablement solides», relève l’analyste Louis Kuijs, du cabinet Oxford Economics.

L’emploi souffre

Quant à l’investissement en capital fixe, sa croissance s’affichait sur les huit premiers mois de l’année en baisse de 0,3%, selon le Bureau national des statistiques. Ce repli est cependant plus atténué qu’en juillet (-1,6%).

Le taux de chômage, mesuré en Chine uniquement dans les zones urbaines, s’est établi en août à 5,6% contre 5,7% le mois précédent.

Particulièrement surveillé par le pouvoir, ce chiffre exclut de facto les millions de travailleurs migrants, fragilisés par la pandémie. Le taux de chômage avait atteint en février le record absolu de 6,2% de la population active urbaine.

Signe d’un contexte économique difficile, la Chine a créé deux millions d’emplois de moins que l’an dernier sur les huit premiers mois de l’année cumulés, selon le BNS.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!