Suisse - La reprise qui se dessine dépasse les attentes
Publié

SuisseLa reprise qui se dessine dépasse les attentes

Les prévisions de croissance du Secrétariat d’État à l’économie (SECO) concernant le PIB sont revues à la hausse. La croissance attendue est de 3,6 % en 2021. Mais le risque d’une dégradation des relations avec l’UE fait tanguer les perspectives.

par
Marion Emonot
Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP via Getty Images

Dynamique. C’est l’adjectif qui qualifie le mieux la reprise à venir, selon le Groupe d’experts de la Confédération qui prévoit une croissance de l’économie nettement supérieure à la moyenne historique et un PIB dépassant même clairement le niveau du PIB d’avant crise dès le deuxième semestre 2021, selon un communiqué du SECO ce mardi.

Trois raisons insufflent ce vent d’optimisme: l’assouplissement des restrictions sanitaires, les effets de rattrapage non négligeables quant à la consommation, le tourisme ou la reprise des événements sportifs, et le contexte porteur de la reprise durable des grandes économies.

Résultat escompté: les entreprises devraient augmenter leurs investissements et leurs effectifs, la réduction de l’horaire de travail serait progressivement abandonnée et le chômage continuerait de fléchir pour s’établir en moyenne annuelle à 3,1% en 2021.

Trois scénarios

Néanmoins, au vu de différentes incertitudes conjoncturelles, le SECO pondère son optimisme en esquissant trois scénarios.

D’abord, si la situation sanitaire devait perdurer, la croissance de la demande pourrait être escamotée par ce qu’il convient d’appeler les «effets de second tour», c’est-à-dire une série de faillites et de suppressions d’emplois en cascade.

Ensuite, la Suisse pourrait tanguer dans le contexte international mouvant: la fin des accords bilatéraux tricotés de longue date avec l’UE induit des incertitudes difficiles à jauger et l’impôt minimal mondial récemment proposé pour les entreprises engendre une insécurité fiscale aux conséquences potentielles multiples.

Enfin, la forte augmentation de la demande pourrait entraîner une inflation tandis que l’augmentation de la dette publique et de la dette des entreprises se densifieraient, atténuant ainsi les effets de l’embellie, soit une situation de stagflation.

Ton opinion

12 commentaires