Industrie automobile: La restructuration d'Opel évaluée à 7 milliards d'euros

Actualisé

Industrie automobileLa restructuration d'Opel évaluée à 7 milliards d'euros

La restructuration du constructeur automobile allemand Opel, filiale européenne de General Motors (GM), pourrait coûter au moins deux fois plus que les 3 milliards d'euros (4,53 milliards de francs) évalués par le constructeur américain, estime un membre du conseil de surveillance d'Opel.

«Je considère qu'une restructuration qui engage une stratégie tournée vers le progrès coûte plus de 6 milliards, vraisemblablement plutôt 7 milliards d'euros», a affirmé le syndicaliste Armin Schild, dans l'hebdomadaire Wirtschaftwoche à paraître lundi. Armin Schild, qui dirige plusieurs sections régionales du syndicat allemand de la métallurgie IG Metall, a émis des doutes sur la capacité financière et de la direction de General Motors pour entreprendre une restructuration d'Opel.

«Je me demande d'où doit venir l'argent nécessaire» à une telle restructuration, a-t-il dit, estimant que «GM s'en sort bien mais seulement en apparence après le dépôt de bilan».

«Celui qui veut une entreprise Opel convenable doit avoir aussi des dirigeants autonomes et compétents. Et je ne les vois pas actuellement chez GM», a-t-il déploré.

GM table sur des coûts de restructuration de 3 milliards d'euros, une étude du cabinet de notation Moody's citée par la presse allemande évoque toutefois des coûts probables supérieurs à 5 milliards d'euros.

Le constructeur américain compte sur le soutien financier des gouvernements concernés pour restructurer Opel. Les ministres du gouvernement allemand de centre-droit peinent à parler d'une seule voix dans ce dossier très sensible en Allemagne, où travaillent, dans quatre usines, 25 000 salariés d'Opel.

General Motors a opéré un revirement spectaculaire début novembre en décidant de finalement conserver sa filiale européenne Opel/ Vauxhall, qu'il avait jusqu'ici prévue de vendre. La décision a indigné les responsables politiques allemands, qui soutenaient l'option d'une cession. (ats)

Ton opinion