Actualisé 06.07.2015 à 10:32

Cyclisme -– TDFLa revanche de «Cance»

Battu lors du contre-la-montre samedi, Fabian Cancellara a superbement réagi dimanche, en se parant du jaune.

de
Julien Caloz, Zélande
Le rouleur de léquipe Trek a retrouvé le maillot de leader du Tour pour la 29e fois de sa carrière.

Le rouleur de léquipe Trek a retrouvé le maillot de leader du Tour pour la 29e fois de sa carrière.

On savait que le Bernois de 34 ans pouvait se montrer exceptionnel quand il est attendu, comme dans les classiques flandriennes; on sait désormais que le Bernois est aussi redoutable quand personne ne le cite parmi les favoris.

Logiquement battu la veille par Rohan Dennis et Tony Martin lors du contre-la-montre, le Bernois a pris une revanche éclatante hier en terminant à une improbable 3e place au sprint. «Finir sur le podium face aux coureurs les plus rapides du monde, c'est grand», a jubilé Fabian Cancellara, qui a profité du retour des bonifications sur le Tour de France (la troisième place offre un «bonus» de 4 secondes) pour prendre la tête du général.

«Samedi soir, j'étais déçu. C'était l'étape qui pouvait me permettre de porter le maillot jaune pour la 29e fois de ma carrière, a-t-il reconnu. Et finalement, je l'obtiens lors de ce deuxième jour! Je suis vraiment content!» Fabian Cancellara est tellement content qu'il a promis de donner à sa femme la statue de 120 joyaux qu'offriront les diamantaires d'Anvers au leader du général, ce matin au départ de la troisième étape, longue de 159,5km.

La journée s'achèvera au sommet du mur de Huy, traditionnel juge de paix de la Flèche wallonne, une classique ardennaise à laquelle «Spartacus» n'a jamais participé. «Je ne connais rien à cette étape, a-t-il éclaté de rire. Tout ce que je sais, c'est que je serai en jaune!»

Twitter, @juliencaloz

«La journée a été bonne pour la BMC»

Danilo Wyss, champion de Suisse

«Porter enfin ce maillot de champion de Suisse sur le Tour de France était un grand plaisir, même si je n'ai pas vraiment eu le temps de savourer: ça roulait vite toute la journée, il fallait être concentré. C'était une étape dangereuse, comme on l'attendait, avec un vent de côté et de la pluie. Ceux qui étaient à l'arrière n'avaient aucune chance. C'était technique tout au long du parcours, ça frottait beaucoup. Et puis, il y a eu une grosse sélection dans les 50 derniers kilomètres. J'ai chuté à 10km de l'arrivée et c'en était fini pour moi. C'est dommage que Rohan Dennis perde le maillot jaune, mais nous avons pris pas mal de temps sur des coureurs comme Quintana et Nibali (ndlr: les deux favoris ont été piégés par une bordure). La journée a été bonne pour la BMC dans l'optique du classement général.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!