Actualisé 22.02.2014 à 18:29

Ski alpin

La revanche du «vieux» Matt

Mario Matt a remis les anciens à l'honneur à Sotchi. L'Autrichien de 34 ans s'est adjugé samedi le slalom des JO, au lendemain de la victoire de Mikaela Shiffrin (18 ans).

Marcel Hirscher (Autriche) a décroché la médaille d'argent, Mario Matt (Autriche) a remporté l'or et Henrik Kristoffersen (Norvège) a obtenu la médaille de bronze

Marcel Hirscher (Autriche) a décroché la médaille d'argent, Mario Matt (Autriche) a remporté l'or et Henrik Kristoffersen (Norvège) a obtenu la médaille de bronze

La teenager américaine était devenue la plus jeune championne olympique de l'histoire en slalom. Mais le vétéran de l'Arlberg a fait encore plus fort, lui qui est désormais le médaillé d'or le plus vieux des Jeux en ski alpin, toutes disciplines confondues. A 34 ans et 10 mois, il s'est emparé du record du Norvégien Kjetil André Aamodt, vainqueur du super-G à Turin en 2006 à 34 ans et 5 mois.

Pour entrer dans l'histoire, Mario Matt s'est placé en tête dès la première manche. Et lors d'un second tracé vicieux, piqueté par l'incorrigible Ante Kostelic et qui a fait de nombreux éliminés de marque (Myhrer, Neureuther, Pinturault, Ligety et Grange notamment), l'Autrichien a su conserver suffisamment d'avance pour devancer son compatriote Marcel Hirscher.

Seulement 9e du tracé initial, le no 1 mondial du slalom a joué son va-tout au cours de son deuxième passage. Un pari qu'il a même failli réussir, faisant fondre son retard de 1''28 à 0''28 pour arracher la médaille d'argent, sa première aux Jeux. Lui aussi parti de très loin (15e à mi-épreuve), le Norvégien Henrik Kristoffersen a complété le podium.

Il en fallait toutefois davantage pour priver Mario Matt de la plus belle victoire de sa carrière. Un titre qui récompense la persévérance de l'Autrichien qui, malgré les blessures et les assauts de la nouvelle génération, a toujours tenu le cap. Cette ténacité lui a permis de se forger l'un des plus beaux palmarès de l'histoire du slalom avec deux médailles d'or aux Mondiaux (2001 et 2007), quinze victoires en Coupe du monde et, désormais, le sacre suprême aux Jeux.

«Les Jeux ne m'avaient encore jamais réussi. A cause des blessures, je n'avais pu jusqu'ici participer qu'à une seule édition (réd: Turin en 2006). Et encore, j'avais été éliminé lors de cette unique tentative. Toutes ces années de patience sont enfin récompensées», a reconnu l'Autrichien, qui n'a pas voulu se prononcer sur la suite de sa carrière. «Ce qui est sûr, c'est que j'ai concrétisé un rêve ce soir. Pour le reste, on verra plus tard».

Les Suisses se ratent

Côté suisse, seul Daniel Yule a fait illusion le temps d'une manche, bouclée à un intéressant 12e rang au vu de son numéro de dossard élevé (le no 29). Mais rien n'a fonctionné ensuite pour l'espoir du val Ferret (21 ans) en seconde manche. Il a même été disqualifié, après avoir terminé 17e.

«Il faut toujours s'attendre à des spécialités avec les tracés d'Ante Kostelic. Je trouve ça un peu dommage pour le spectacle même si, au final, les meilleurs sont quand même aux avant-postes», a-t-il commenté avant de connaître son sort.

Cela s'est également mal passé pour son compère Luca Aerni, éliminé dès la première manche. «Je me sentais plutôt à l'aise, mais je me suis fait surprendre par une bosse», a-t-il expliqué. «J'ai évidemment des regrets. Mais c'est aussi avec de telles erreurs que l'on apprend pour la suite», a reconnu le skieur de Crans-Montana qui, à 21 ans, aura encore d'autres occasions de briller aux Jeux.

Quant aux deux autres jeunes Valaisans en lice, Justin Murisier et Ramon Zenhäusern, ils ont perdu tout espoir de bien figurer au classement après avoir échoué hors du top 30 de la manche initiale. Tous les coureurs étant qualifiés pour le second tracé aux JO - sauf évidemment ceux qui ont été éliminés -, ils ont pu s'élancer une deuxième fois. Zenhäusern a pu remonter jusqu'au 19e rang (mais à 7''56 de Matt !), tandis que Murisier n'a pas fini son pensum. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!