Actualisé 14.09.2012 à 06:43

Vaud

La Riviera poubellise la loi sur les déchets

Certaines communes ne respecteront pas le délai, fixé au 1er janvier 2013, pour adopter les sacs taxés.

de
Joël Espi

Syndic de Vevey, Laurent Ballif peste lorsqu'on lui ­parle de taxe au sac et de déchets: «C'est de la matière première qu'il y a dans les sacs pou­belles!» Incinérées, les ordures sont source d'énergie pour la société qui traite les rebuts de la région. L'élu estime que sa commune dépense assez en matière de poubelles.

Le Conseil d'Etat vaudois a déclaré mardi que la nouvelle loi cantonale sur la gestion des déchets entrerait en vigueur le 1er janvier 2013. En plus d'un forfait fixe, celle-ci impose aux communes de choisir entre la taxe au sac ou au poids, selon le principe du «pollueur-payeur».

Mais jeudi, la RTS a annoncé que les communes de la Riviera ne pourraient pas respecter ce délai. «Nous aurions aimé avoir un ou deux ans pour nous préparer», confie Laurent Wehrli, syndic de Montreux. Au sein de l'organisation intercommunale qui s'occupe du traitement des déchets, les visions divergent.

Impossible de dire si les communes de la Riviera risquent des sanctions. Des discussions auront lieu la se­maine prochaine pour obtenir un délai du Canton. «Nous pensons être prêts pour le 1er janvier 2014», explique Caleb Walther, président de GD Riviera. Et tant pis si d'ici-là les communes sont victimes du tourisme des poubelles. La loi sur les déchets devrait être votée en novembre, et les règlements communaux avant la fin de l'année.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!