Actualisé

France voisineLa ruée vers les stations provoque l'alerte pollution

La vallée de l'Arve, en Haute-Savoie, est en alerte orange à cause du dépassement du seuil de particules fines dans l'air. Cette pollution se répand aussi au-dessus de l'arc lémanique.

L'épisode devrait se poursuivre dimanche et lundi.

L'épisode devrait se poursuivre dimanche et lundi.

La vallée de l'Arve, qui mène au Mont-Blanc en Haute-Savoie, a été placée samedi après-midi en vigilance orange - alerte de niveau 1 - pour pollution atmosphérique, en raison du dépassement du seuil de particules fines dans l'air, a indiqué la préfecture du département dans un communiqué.

Selon Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air, les conditions météorologiques «stables» constatées dans la vallée ont favorisé la hausse des concentrations de particules fines, émises «notamment par le trafic et le chauffage en cette période de début de vacances scolaires».

La situation dans la vallée de l'Arve, dimanche 24 décembre 2017, selon Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

«Le risque de dépassement du seuil d'information s'étend à un territoire plus large dans la vallée», a-t-il ajouté. Ainsi en regardant la carte Prev'Air, système de prévision de la qualité de l'air dépendant de l'Etat français, la zone de pollution concerne également Genève et plus généralement tout l'arc lémanique.

Carte de situation du 24 décembre sur Prev'Air

L'épisode devrait se poursuivre dimanche et lundi compte tenu des prévisions météorologiques «toujours défavorables à la dispersion».

De son côté, la préfecture de la Haute-Savoie a mis en place des mesures de réduction de la pollution, parmi lesquelles l'abaissement de la vitesse de 20km/h sur les principaux axes routiers et le renforcement des contrôles de pollution des véhicules.

Régulièrement victime de problèmes de pollution atmosphérique aux particules fines - notamment l'hiver - la vallée de l'Arve, qui s'étend d'Annemasse à Chamonix et compte 155'000 habitants permanents, avait été placée en alerte pendant plus d'un mois, fin 2016. En septembre dernier, le Ministre de l'écologie Nicolas Hulot s'était rendu sur place avec ses homologues des Transports Élisabeth Borne et de la Santé Agnès Buzyn. (20 minutes/afp)

La pollution française épargne-t-elle la Suisse?

Durant le pic de particules fines de l'an passé, un article du «Temps» expliquait pourquoi Genève était, relativement, préservé de ses épisodes de pollutions.

Pour en savoir plus, on vous conseille aussi ce vrai/faux avec des acteurs locaux publié en décembre 2016 par la «Tribune de Genève».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!