La Russie bombarde à nouveau Kiev et d’autres grandes villes

Publié

Guerre en Ukraine La Russie bombarde à nouveau Kiev et d’autres grandes villes ukrainiennes

À la suite de ces frappes, qui ont fait au moins un mort, l’électricité a été coupée dans plusieurs régions du pays mardi. Selon Kiev, «environ» 100 missiles ont été tirés par Moscou. 

La capitale et d’autres villes ukrainiennes ont été touchées mardi par des frappes russes massives, les premières depuis mi-octobre, qui ont fait au moins un mort à Kiev. Selon un porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne, la Russie a tiré «environ» 100 missiles sur l’Ukraine, touchant plusieurs infrastructures énergétiques essentielles dans différentes régions. «Les missiles ont été tirés (...) depuis la mer Caspienne, la région (russe) de Rostov», et aussi «depuis la mer Noire», a indiqué Iouri Ignat en direct à la télévision.

La situation du réseau électrique est «critique» en Ukraine à la suite de ces frappes, a déploré la présidence ukrainienne. «Les terroristes russes ont mené une nouvelle attaque planifiée contre des infrastructures énergétiques», a indiqué sur Telegram le chef adjoint de la présidence, Kyrylo Tymochenko. Plus de sept millions de foyers ukrainiens sont privés d’électricité, a précisé la présidence.

«Au moins trois missiles russes» sur Kiev 

Les sirènes d’alerte de la défense antiaérienne avaient retenti dans toute l’Ukraine peu avant 15h30 (14h30 en Suisse). Quelques minutes plus tard, des explosions étaient entendues notamment à Kiev, Lviv (ouest) et Kharkiv (nord-est). A la suite de ces bombardements, l’électricité a été coupée dans plusieurs régions du pays, ont indiqué les autorités ukrainiennes.

Selon Kyrylo Tymochenko, la situation dans la capitale Kiev, touchée par plusieurs missiles, est «extrêmement difficile». «Des horaires spéciaux de coupures d’urgence (de courant) sont imposés», a-t-il ajouté. Le maire de Kiev, Vitaly Klitschko, a, lui, comptabilisé au moins trois missiles russes qui ont touché des immeubles résidentiels. «Dans le quartier de Petchersk, dans l’un des immeubles touchés par une roquette, les sauveteurs ont retrouvé le corps d’une personne décédée», a-t-il déploré sur Telegram. «Les opérations de sauvetage et de recherche sont en cours», a ajouté Vitaly Klitschko. 

REUTERS

Lviv et Kharkiv aussi touchées 

D’autres villes ont été visées ailleurs dans le pays. Dans le nord-est, «attaque au missile contre le district d’Industrialniï à Kharkiv», a indiqué sur Telegram Igor Terekhov, maire de la deuxième ville d’Ukraine. Et dans l’ouest, «des explosions se font entendre à Lviv. Restez tous à l’abri !», a exhorté sur Telegram son homologue de Lviv, Andriï Sadovy, qui a précisé «qu’une partie de la ville (était) sans électricité». A Rivné (ouest), le maire, Oleksandre Tretyak a rapporté sur les réseaux sociaux «une frappe sur un site essentiel», sans donner plus de détails. «La ville est en partie sans électricité», a-t-il déploré. Même situation dans la ville de Krementchouk, dans le centre de l’Ukraine, où la mairie a déploré «une frappe sur une infrastructure critique près de (la ville)».

Les précédentes frappes ayant visé la capitale ukrainienne remontent au 10 et 17 octobre, et avaient avant tout visé, comme ailleurs dans le pays, les infrastructures énergétiques ukrainiennes, afin de priver la population d’électricité à l’approche de l’hiver. A l’époque, Moscou avait justifié ces frappes «massives» par la destruction partielle du pont reliant la Russie à la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014. Cette fois-ci, les frappes ont visé Kiev quatre jours après l’humiliant retrait des forces russes du nord de la région de Kherson, dont sa capitale éponyme, après près de neuf mois d’occupation.

Deux morts dans des frappes ukrainiennes contre la région russe de Belgorod

(AFP)

Ton opinion