La Russie bombarde le territoire géorgien
Actualisé

La Russie bombarde le territoire géorgien

Les combats faisaient rage vendredi dans la république séparatiste d'Ossétie du Sud. Tbilissi a accusé la Russie de bombarder ses positions mais Moscou a démenti, promettant toutefois des mesures de rétorsion contre la Géorgie.

Face à la dégradation de la situation dans la zone de conflit, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a promis des «mesures de rétorsion» contre la Géorgie après l'offensive militaire déclenchée par Tbilissi contre l'Ossétie du Sud, où au moins 15 civils ont été tués.

«Ils ont de facto lancé les hostilités en utilisant des chars et de l'artillerie. C'est très triste, cela va provoquer des mesures de rétorsion» (russes), a dit M. Poutine depuis Pékin, où il devait assister à l'ouverture des Jeux olympiques. Le ministère russe de la Défense a lui estimé que Tbilissi se lançait dans une «sâle aventure».

Au moins 15 civils au total ont été tués dans les combats et raids aériens géorgiens à Tskhinvali, la capitale de l'Ossétie du Sud, république indépendantiste pro-russe de Géorgie, selon les autorités séparatistes.

Demande

De son côté, le président géorgien, Mikheïl Saakachvili, a «exigé» de la Russie qu'elle «arrête les bombardements» de villes géorgiennes, affirmant que son pays faisait face à «une intervention militaire de grande envergure». Tbilissi a accusé Moscou d'acheminer du matériel militaire en Ossétie.

Dans une déclaration télévisée, M. Saakachvili a également appelé à une «mobilisation totale» de son pays. Le ministre de la réintégration, Temour Iakobachvili, cité par l'agence de presse russe Interfax, a mis en garde une autre république sécessioniste, l'Abkhazie, contre toute intervention.

Moscou a démenti que les forces aériennes russes aient attaqué la Géorgie.

Selon la télévision géorgienne Roustavi, des avions russes auraient notamment bombardé Gori, la ville natale de l'ancien dictacteur soviétique Joseph Staline, à l'ouest de Tbilissi, à 33 km de Tskhinvali, capitale de l'Ossétie du Sud.

Plusieurs tués évoqués

Auparavant, le général Mamouka Kourachvilili, chef des forces géorgiennes de maintien de la paix en Ossétie du Sud, avait dit que Tbilissi avait «décidé de restaurer l'ordre constitutionnel dans la zone de conflit».

Le commandant du contingent russe de maintien de la paix en Ossétie du Sud, Marat Koulakhmetov, a lui dit à Interfax que les troupes géorgiennes étaient parvenues vendredi jusqu'au centre de Tskhinvali.

Un porte-parole du ministère géorgien de l'Intérieur, Shota Utiashvili, a démenti que les forces géorgiennes avaient pénétré dans la ville.

Selon Interfax, citant un porte-parole de la force russe, le bombardement par l'armée géorgienne du quartier général de cette force a fait plusieurs tués.

Appel du CICR

A Moscou, les autorités, «sous la direction du président Dmitri Medvedev», étudient des «mesures d'urgence» liées au rétablissement de la paix, a annoncé le Kremlin cité par l'agence Itar-Tass. La Russie protégera ses «compatriotes», a affirmé le président de la Douma, Boris Grizlov, cité par l'agence de presse RIA.

La Maison Blanche a appelé toutes les parties à résoudre pacifiquement le conflit. L'UE et l'OTAN ont eux souhaité un cessez-le-feu. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a demandé l'ouverture d'un «couloir humanitaire».

De son côté, le Conseil de sécurité de l'ONU a exprimé son inquiétude au sujet de l'aggravation de la situation, mais n'a pas réussi à se mettre d'accord sur une déclaration appelant les parties à renoncer à l'usage de la force.

L'Ossétie du Sud, qui compte quelque 70 000 habitants, a proclamé son indépendance en 1992 après la chute de l'URSS et aspire à rejoindre la Fédération de Russie au côté des Ossètes du Nord. M. Saakachvili a toujours affirmé vouloir la faire revenir, tout comme l'Abkhazie, dans le giron de la Géorgie. (ats)

Poutine promet des «mesures de rétorsion»

«Il est regrettable qu'à la veille de l'ouverture des jeux Olympiques les autorités géorgiennes aient entrepris des actes agressifs en Ossétie du Sud», a dit M. Poutine.

«Ils (les Géorgiens) ont de facto lancé les hostilités en utilisant des chars et de l'artillerie. C'est très triste, cela va provoquer des mesures de rétorsion» (russes), a-t-il poursuivi.

Mikheïl Saakachvili parle de «mobilisation totale»

La Géorgie fait face à «une intervention militaire de grande envergure», a déclaré vendredi le président géorgien Mikheïl Saakachvili dans une déclaration télévisée, annonçant la «mobilisation totale» dans son pays.

La Maison Blanche demande l'arrêt des combats

«Nous voudrions voir les violences cesser immédiatement et les deux parties engager des discussions directes», a dit un porte-parole de la Maison Blanche, Gordon Johndroe, qui accompagne le président George W. Bush à Pékin.

Ton opinion