Biden et Poutine: La Russie dénonce le refus américain d’un dialogue public
Publié

Biden et PoutineLa Russie dénonce le refus américain d’un dialogue public

Après l’affrontement verbal des deux dirigeants, la semaine passée, la Russie regrette le refus des Etats-Unis d’un dialogue public entre Joe Biden et Vladimir Poutine, à l’initiative de ce dernier.

Vladimir Poutine en Sibérie, le 21 mars 2021. Il avait proposé une vidéoconférence avec le président américain, vendredi ou lundi, expliquant être indisponible pendant le week-end, en raison d’un séjour dans la taïga.

Vladimir Poutine en Sibérie, le 21 mars 2021. Il avait proposé une vidéoconférence avec le président américain, vendredi ou lundi, expliquant être indisponible pendant le week-end, en raison d’un séjour dans la taïga.

AFP

La Russie a regretté lundi le refus, selon elle, des Etats-Unis d’organiser un dialogue public entre Vladimir Poutine et Joe Biden, à l’initiative du président russe, après leur passe d’armes verbale, la semaine dernière. «C’est encore une occasion gâchée pour sortir de l’impasse des relations russo-américaines qui existe par la faute de Washington», a estimé le ministère russe des Affaires étrangères, dans un communiqué lapidaire.

Vladimir Poutine avait proposé à son homologue américain un dialogue public par vidéoconférence pour discuter de leurs multiples différends. Selon la diplomatie russe, «la partie américaine n’a pas soutenu la proposition» de Vladimir Poutine qui souhaitait discuter «des problèmes bilatéraux qui se sont accumulés et de la thématique de la stabilité stratégique».

Il avait lancé cette idée, jeudi soir, après un étonnant échange par médias interposés, le président russe ayant répondu par «c’est celui qui le dit qui l’est» à Joe Biden, qui le qualifiait de «tueur».

Vidéoconférence

Vladimir Poutine avait proposé que la vidéoconférence ait lieu vendredi ou lundi, expliquant être indisponible pendant le week-end en raison d’un séjour dans la taïga. En réaction aux propos de Joe Biden, Moscou a aussi, fait exceptionnel, rappelé son ambassadeur à Washington, Anatoli Antonov, pour consultations.

Le Kremlin a en outre dénoncé, lundi, la multiplication des sanctions contre la Russie, Washington en ayant encore adopté de nouvelles la semaine dernière. «La détermination à sanctionner de nos adversaires, en particulier les Etats-Unis, se poursuit de manière croissante», a relevé le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov, lors d’une conférence de presse.

Le président américain affiche depuis son arrivée à la Maison-Blanche, en janvier, une grande fermeté à l’égard du Kremlin, par opposition avec la bienveillance souvent reprochée à son prédécesseur Donald Trump jusque dans son camp républicain. Mais la passe d’armes entre Joe Biden et Vladimir Poutine précipite la relation américano-russe dans une nouvelle spirale de tensions, alors que les deux puissances disaient aussi vouloir coopérer sur des dossiers d’intérêts communs.

Les relations russo-américaines et plus généralement russo-occidentales sont délétères depuis des années: annexion de la Crimée, guerre en Ukraine, conflit en Syrie ou encore empoisonnement puis emprisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny.

(AFP)

Ton opinion