Actualisé 27.08.2011 à 09:03

SyrieLa Russie en porte-à-faux avec les occidentaux

La Russie enverra lundi un émissaire à Damas après un bras de fer engagé avec les Occidentaux au Conseil de sécurité de l'ONU.

«Un émissaire de Moscou très important» se rendra à Damas le 29 août, a déclaré M. Tchourkine cité par l'agence sans plus de détails.

Il pourrait s'agir du vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov qui s'était entretenu la veille de la situation en Syrie avec l'ambassadeur syrien à Moscou, selon Itar-Tass qui cite des sources diplomatiques.

La Russie a engagé un bras de fer avec les Occidentaux vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU, en présentant un projet de résolution sur la Syrie éliminant les sanctions contre Damas prévues dans un projet concurrent des Européens.

La Russie ne veut pas de sanctions

Moscou, qui se contente d'appeler le président Bachar al-Assad à accélérer les réformes, a laissé entendre qu'elle pourrait opposer son veto à toute résolution de sanctions qui serait mise au vote

Le projet européen, présenté par la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et le Portugal et soutenu par les Etats-Unis appelle à un gel des avoirs financiers du président Bachar al-Assad et de son entourage et à un embargo sur les armes.

La Russie a affirmé que le moment n'était pas venu d'imposer des mesures punitives à Damas en réponse à la répression du mouvement d'opposition qui, selon l'ONU, a déjà coûté la vie à plus de 2.200 civils. (afp)

Deux manifestants tués à Damas et dans le nord-ouest

Deux manifestants ont été tués samedi matin à Damas et à Kafar Nabel, dans le nord-ouest de la Syrie, lors de manifestations qui ont suivi les prières, ont indiqué des militants des droits de l'Homme.

A Kafar Sousseh, un quartier dans l'ouest de Damas, un manifestant a été tué et 10 autres ont été blessés lorsque les forces de sécurité ont dispersé à coups de gourdin une manifestation à la sortie de la mosquée al-Rifaï, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parmi les blessés figurent l'imam de la mosquée, Oussama al- Rifaï, a-t-on précisé de même source. La coordination des comités locaux (LCC) a confirmé le décès d'un manifestant à Kafar Sousseh et indiqué que 12 autres avaient été blessés.

En outre, selon l'OSDH, un manifestant a été tué et cinq autres blessés à Kafar Nabel, dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays. Des manifestations ont également eu lieu a Roukn Edinne, un quartier du nord de Damas, et à Zabadani, à 45 km au nord-ouest de la capitale, et dans plusieurs localités de la banlieue, selon l'OSDH et la LCC.

Par ailleurs, vendredi, au total, onze civils sont morts, selon les militants. Sept manifestants ont été tués, dont trois à Deir Ezzor (est), un à Nawa dans le Sud, un garçon de 16 ans à Idleb (nord-ouest), un à Qouseir (centre) et un à Houriyeh près de Deir Ezzor, selon l'OSDH.

La Syrie doit répondre aux «revendications légitimes de son peuple»

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a réaffirmé samedi que le gouvernement syrien devait répondre aux «revendications légitimes de son peuple», tout en mettant en garde contre un «vide politique» en cas de chute du président Bachar al-Assad.

Le président Mahmoud Ahmadinejad, proche allié de Damas, avait déjà appelé mercredi le gouvernement syrien à trouver avec ses opposants «une solution, loin de la violence» qui «sert les intérêts des sionistes».

«Les gouvernements doivent répondre aux revendications légitimes de leur peuple, que ce soit en Syrie, au Yémen ou ailleurs. Dans ces pays, les peuples ont des revendications légitimes et leurs gouvernements doivent y répondre rapidement», a déclaré M. Salehi, selon des propos rapportés par l'agence Isna.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!