Actualisé 20.05.2016 à 18:55

Syrie

La Russie propose aux USA des frappes conjointes

Moscou propose à Washington d'effectuer des frappes aériennes contre des djihadistes actifs en Syrie. La réponse américaine n'a pas tardé.

Photo d'illustration d'un avion de combat russe.

Photo d'illustration d'un avion de combat russe.

photo: Keystone

La Russie propose aux Etats-Unis d'effectuer des frappes aériennes ensemble dès mercredi prochain contre des «groupes terroristes» actifs en Syrie. Sont visés les djihadistes qui ne soutiennent pas la trêve instaurée depuis fin février.

«Nous proposons aux Etats-Unis que les forces aériennes russes et l'aviation de la coalition menée par les Etats-Unis commencent à partir du 25 mai à planifier et à effectuer ensemble des frappes aériennes» visant les groupes, dont le Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda), a déclaré vendredi le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, lors d'une réunion à Moscou. Celle-ci a été diffusée en direct par la télévision publique russe.

Outre les belligérants qui ne respectent pas le cessez-le-feu, il s'agit aussi de viser les groupes armés et les «caravanes transportant des armes et des munitions qui traversent illégalement la frontière turco-syrienne», a encore indiqué le ministre russe.

Refus des USA

Moscou se réserve par ailleurs «le droit de mener unilatéralement des frappes à partir de la même date contre les détachements des groupes terroristes et les groupes armés illégaux qui ne respectent pas le cessez-le-feu», a précisé M. Choïgou.

Le Pentagone a immédiatement écarté cette proposition, soulignant que les Etats-Unis ne «collaboraient pas» militairement avec les Russes en Syrie, a indiqué le porte-parole du ministère américain de la Défense, le capitaine de vaisseau Jeff Davis.

Début mai, Russes et Américains se sont engagés à «redoubler d'efforts» pour aboutir à un règlement politique du conflit et étendre la trêve à toute la Syrie. La Turquie, membre de l'OTAN, qui participe à la coalition internationale menée par les Etats-Unis, devrait a priori s'opposer à des frappes visant sa zone frontalière. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!