Ski alpin: La saison de Lara Gut se termine en eau de boudin
Publié

Ski alpinLa saison de Lara Gut se termine en eau de boudin

La Tessinoise a perdu le Globe de cristal du super-G, jeudi, à la suite d'une chute. Elle doit maintenant se relever.

par
Florian Müller
Après une entame prometteuse, la saison de la skieuse tessinoise na fait que se détériorer.

Après une entame prometteuse, la saison de la skieuse tessinoise na fait que se détériorer.

Keystone/AP/Expa/johann Groder

Les premiers signes laissaient augurer du meilleur. Huit mois après sa grave blessure au genou, Lara Gut avait retrouvé les pistes de Coupe du monde l'automne passé. Une guérison express qui aura finalement laissé des séquelles, payées en cette fin de saison. Jeudi, à Are (Suè), alors qu'elle luttait pour le Globe de cristal du super-G, Gut est partie à la faute, comme la veille en descente. Sa façon de dire adieu à ce titre qui devait lui faire oublier sa désillusion olympique.

«J'ai essayé de me battre tout au long de la saison pour retrouver mes sensations, a-t-elle confié après son ultime déception. Au début, quand j'ai retrouvé le plaisir de la compétition, j'ai cru que ce serait facile de revenir à mon meilleur niveau. Mais je reviens de loin, et il faut plus de temps que je l'avais imaginé.»

Comme autant de blessures insidieuses, Lara Gut a perdu le moral au fur et à mesure que son corps, mais surtout son esprit, ne se montraient pas à la hauteur de ses attentes. «Il me manque la base de confiance que je développais normalement pendant l'été à l'entraînement, a repris la skieuse de Comano. Là, je suis partie de zéro au début de l'hiver, et ça se paie en fin de saison. Je me sens vidée, autant physiquement que mentalement. Maintenant, il s'agit de m'accorder une respiration, avant de me reconcentrer sur la prochaine saison en suivant une préparation normale.» Souffler, pour mieux repartir.

Marco Odermatt marque les esprits

Quintuple champion du monde junior au mois de février, le Nidwaldien avait de fait décroché son ticket pour se mesurer aux ténors lors des finales de la Coupe du monde. Marco Odermatt, 20 ans, a relevé ce défi avec brio. Dou

Ton opinion