Actualisé 30.09.2015 à 18:46

Musiques actuellesLa salle Fri-Son tremble toujours pour son avenir

La pérennité du lieu culturel fribourgeois est menacée par un projet immobilier faisant partie d'un plan d'aménagement communal.

La salle de musiques actuelles Fri-Son, à Fribourg.

La salle de musiques actuelles Fri-Son, à Fribourg.

La salle de musiques actuelles Fri-Son tremble toujours pour son avenir à Fribourg. Elle pourrait se retrouver nez à nez avec de nouveaux logements, un voisinage peu compatible avec ses activités sonores. Ses responsables appellent la Ville à clarifier sa position.

Incontournable dans la capitale cantonale et au-delà, le lieu culturel ne se voit pas côtoyer les immeubles d'habitation, projetés dans le plan d'aménagement communal. Il a d'ailleurs déposé recours, une démarche encore pendante, a précisé mercredi à l'ats Lionel Walter, membre du comité.

«La solution pourrait passer par la construction de bureaux ou d'ateliers d'artisans en lieu et place de ces logements.» Une proposition qui risque toutefois d'échouer devant les édiles municipaux. L'alternative consisterait alors à déménager.

Les deux salles de concert pourraient prendre leurs quartiers à BlueFactory, site technologique installé sur le terrain de l'ancienne brasserie Cardinal. Fri-Son a déposé une requête en ce sens en 2012 déjà. Le hic: «Depuis, nous n'avons reçu aucun signal clair.»

Un volet culturel figure certes dans les plans du parc en cours de développement, mais il ne constitue pas l'une de ses priorités. En juillet dernier, le directeur Martial Pasquier déclarait vouloir se focaliser en premier lieu sur les activités techniques et scientifiques, ne serait-ce qu'au vu du grand nombre de prétendants à un emplacement.

A la Ville d'intervenir

Fri-Son en appelle surtout à la municipalité. «Le Conseil communal nous a toujours assuré de sa volonté de maintenir la salle au centre-ville», mais n'a fourni aucune garantie ou idée concrète quant au futur site, écrit le club culturel dans un communiqué.

Une chose est sûre, une partie de la population se range derrière sa salle de musique. Un comité de soutien dénommé «Fri-Son au centre» s'est formé et compte quelque 1300 personnes. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!