Suisse romande: La santé des femmes, un domaine commercial en vogue
Publié

Suisse romandeLa santé des femmes, un domaine commercial en vogue

Un nouveau centre spécialisé dans la santé des femmes va ouvrir ses portes à Sion. Ce type d’offre a le vent en poupe, et remplit une lacune, tout en remplissant des critères marketing indéniables.

par
Pauline Rumpf
C’est le Groupe de soins Affidea qui ouvrira ce centre de compétences à disposition des médecins de Sion et environs. 

C’est le Groupe de soins Affidea qui ouvrira ce centre de compétences à disposition des médecins de Sion et environs. 

Affidea

Un centre d’imagerie entièrement dédié à la femme ouvrira à Sion cette année: cette annonce du réseau de soins Affidea réjouira certainement les femmes désireuses de prendre soin de leur santé avec des professionnels spécialisés, «dans un environnement protégé». De tels centres sont rares et relativement nouveaux: il en existe notamment un à Lausanne, où les patientes viennent de loin pour des radiographies mammaires ou des analyses gynécologiques ou pelviennes.

«Ces centres spécifiques sont donc bienvenus, mais il ne faut pas oublier l’importante composante marketing derrière, analyse Joelle Schwarz, co-responsable de l’unité santé et genre à Unisanté. L’imagerie mammaire est proposée à beaucoup d’autres endroits, et si la non-mixité peut être plus confortable, elle n’amène pas forcément de bénéfices en terme d’expertise, tandis qu’on pourrait craindre qu’elle conduise à l’exclusion des personnes trans ou non-binaires.»

Historiquement, les centres de santé pour femmes correspondent davantage à un courant politique contestataire, lorsque par exemple les mouvements féministes des années 60 protestaient contre la médicalisation des soins gynécologiques auprès de soignants majoritairement masculins, explique la chercheuse. Aujourd’hui, ce mouvement se traduit davantage dans les femtech, «qui surfent cependant à la fois sur des besoins réels d’outils pour la santé des femmes et sur le marketing», précise Joëlle Schwarz. 

La doctoresse Nathalie Beuret-Lepori a ouvert un des premiers centres spécialisés dans la santé des femmes à Lausanne il y a 16 ans. L’objectif: se spécialiser pour améliorer les savoirs et la prise en charge autour des maladies féminines. Elle nuance toutefois: «Les centres de compétences se multiplient, mais ce n’est pas que positif. Il ne faut pas oublier les autres domaines de compétence et la formation nécessaire pour se tenir à jour, qui est toujours plus poussée et prend beaucoup de temps.» Une conséquence positive de cette évolution du marché est toutefois l’information qui s’améliore pour les patientes. 

Différences de symptômes

Ton opinion

41 commentaires