Taïwan - La sécheresse risque d’amplifier la pénurie en semi-conducteurs
Publié

TaïwanLa sécheresse risque d’amplifier la pénurie en semi-conducteurs

Les semi-conducteurs sont des composants pour les appareils électroniques, très demandés depuis le début de la pandémie, mais leur fabrication nécessite beaucoup d’eau.

Le lit vide de la rivière Ai Liao dans le comté de Pingtung, au sud de Taiwan, le 16 mars 2021. Au pied des montagnes taïwanaises, les réservoirs se tarissent alors que l'île connaît sa pire sécheresse depuis des décennies.

Le lit vide de la rivière Ai Liao dans le comté de Pingtung, au sud de Taiwan, le 16 mars 2021. Au pied des montagnes taïwanaises, les réservoirs se tarissent alors que l'île connaît sa pire sécheresse depuis des décennies.

AFP

Les réservoirs nichés au pied des montagnes taïwanaises affichent un niveau désespérément bas, quand ils ne sont pas carrément à sec. La faute à la sécheresse qui, en plus de plomber les agriculteurs, risque d’aggraver la pénurie mondiale de semi-conducteurs. L’île compte sur son sol certaines des fonderies – usines spécialisées dans les matériaux semi-conducteurs – les plus performantes au monde. Elle joue un rôle clé dans un secteur crucial pour le développement de toutes les économies du monde, qui pèse 450 milliards de dollars. Mais ce que l’on sait moins, c’est que la filière est aussi très gourmande en eau.

Avec les entreprises en télétravail et l’enseignement à distance dans les écoles, la pandémie a fait exploser la demande de composants pour ordinateurs et autres appareils électroniques. Avant même la sécheresse à Taïwan, les usines peinaient à répondre aux commandes. Et la fabrication des semi-conducteurs implique des volumes d’eau considérables. «Qu’il s’agisse des écrans d’ordinateurs, des téléviseurs, des smartphones, des tablettes, des voitures, il y a une pénurie globale de puces. On n’a jamais rien vu de tel», observe à l’AFP Eric Li, porte-parole de Himax Technologies.

Aucun typhon en 2020

Taïwan est un des endroits les plus humides au monde, avec une moyenne de 2600 millimètres de précipitations par an. L’île est en temps normal balayée à la saison des pluies par des typhons qui contribuent à remplir les réservoirs. Or, pour la première fois en 56 ans, aucun typhon n’a frappé Taïwan en 2020. Et sur les trois premiers mois de l’année, les précipitations sont inférieures à 40% de la moyenne.

Le gouvernement vient d’imposer des restrictions à plus d’un million de foyers et d’entreprises du centre de l’île. De nombreux agriculteurs n’ont plus le droit d’irriguer. Les trois plus grands technopôles, qui abritent les principaux groupes technologiques du pays, ont reçu la consigne de baisser de 15% leur consommation d’eau. «Cela génère de l’angoisse dans les usines de semi-conducteurs au moment où elles doivent honorer des commandes en hausse», observe Iris Pang, spécialiste de l’économie taïwanaise chez ING. Selon elle, la pénurie de puces risque de durer jusque 2022, voire 2023. «La demande va augmenter avec la reprise mondiale mais la création de nouvelles unités de production prend du temps.»

L’équivalent de 60 piscines

Les équipements de communication (box Internet, ordinateurs, téléphones) ont été les premiers touchés par cette pénurie. Mais l’industrie automobile est la victime la plus visible avec une production fortement ralentie. General Motors et Ford ont été contraints de fermer temporairement plusieurs usines ou réduire la cadence. Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), le plus gros fabricant de semi-conducteurs mondial, a dit tourner à pleine capacité pour répondre à une demande «de tous les secteurs».

La fabrication de semi-conducteurs consomme énormément d’eau, notamment pour le nettoyage des puces. En 2019, les usines TSMC situées sur les trois technopôles ont englouti 156’000 tonnes d’eau par jour, soit l’équivalent de 60 piscines olympiques. Le groupe, qui a fait venir par camion de l’eau dans certaines unités de production, relativise l’impact de la sécheresse: «TSMC a toujours des plans de secours en cas de restrictions d’eau. Ce qui fait qu’il n’y a pas pour l’heure d’impact sur la production», selon un communiqué. TSMC affirme prévoir un investissement dans de nouvelles lignes de production de 100 milliards de dollars, ces trois prochaines années.

Excès de commandes

Alan Patterson, expert au magazine spécialisé EE Times, pense que ce n’est pas le manque d’eau qui risque d’impacter à ce stade les fabricants mais l’«excès de commandes». «Compte tenu de l’urgence, certaines entreprises peuvent être tentées de commander davantage de puces qu’elles n’en ont réellement besoin», dit-il à l’AFP.

Mais plus la sécheresse se prolongera, plus le secteur risquera d’être pénalisé. Et certains à Taïwan demandent la création de réservoirs pour stocker davantage d’eau et anticiper un risque récurrent du fait du réchauffement climatique. La pénurie de puces a eu pour conséquence d’alerter sur les risques liés à la concentration de la production mondiale, essentiellement à Taïwan et en Corée du Sud. TSMC a annoncé un projet d’usines en Arizona pour diversifier l’origine de sa production.

Des conséquences… sur la Peugeot 308

La pénurie de puces électroniques a des effets inattendus. Contraint de gérer des stocks limités de ces précieux semi-conducteurs, Peugeot a décidé de supprimer l'affichage numérique, qu'il avait introduit sur la version actuelle de son modèle 308, au profit d'un retour à un... cadran à aiguilles. Mais il s'agit d'un cas particulier, car le constructeur automobile français avait prévu d'arrêter la production de l'actuelle 308 au mois de mai. Les dernières voitures de ce modèle auront toutefois du retard, vu que l'usine de Sochaux (F) qui les produit est actuellement à l'arrêt depuis avril en raison de la pénurie de semi-conducteurs, explique le site auto-magazine.fr.

(afp/reg)

Ton opinion