Attentats de Paris: La sécurité des concerts en Suisse est-elle assurée?
Actualisé

Attentats de ParisLa sécurité des concerts en Suisse est-elle assurée?

La majorité des organisateurs helvétiques de concerts et festivals ne vont pas intensifier leurs mesures de sécurité après les attentats sanglants de Paris. Tour d'horizon.

par
Mareike Rehberg/ofu
Seul un des organisateurs de concerts interrogés par  «20 Minuten» affirme avoir intensifié son dispositif de sécurité sans pour autant dévoiler davantage d'informations.

Seul un des organisateurs de concerts interrogés par «20 Minuten» affirme avoir intensifié son dispositif de sécurité sans pour autant dévoiler davantage d'informations.

Huitante-neuf personnes sont décédées vendredi soir dans l'attaque de la salle de concert parisienne du Bataclan, pendant le concert du groupe américain Eagles of Death Metal. Nos collègues alémaniques de «20 Minuten» ont voulu savoir si les mesures de sécurité prises par les organisateurs de concerts et de festivals suisses sont suffisantes au vu des attentats meurtriers de Paris.

La société Good News, organisatrice du concert des Eagles of Death Metal prévu pour ce mercredi à Zurich, mais annulé après l'attaque de ce week-end, ne souhaite pas dévoiler trop d'informations à ce sujet. Une porte-parole s'est contentée de dire qu'elle ne souhaitait donner aucune précision sur le concept de sécurité mis en place par Good News.

«On ne peut pas garantir la sécurité à 100%»

Stefan Breitenmoser, directeur de l'association suisse des organisateurs de concerts, spectacles et festivals de musique (SMPA), explique de son côté: «Que peut-on faire lorsque des terroristes armés de fusils se retrouvent devant l'entrée d'une salle de concert? Est-ce que ça changerait quelque chose si les agents de sécurité portaient des armes?» Selon lui, seule la police peut éviter le pire dans ce type de situation. Et d'ajouter: «On ne peut pas garantir la sécurité à 100%.»

«Notre dispositif fonctionne bien»

«Je pense qu'il ne faut pas tomber dans la psychose. Nous n'allons pas intensifier nos mesures de sécurité après les attentats, d'autant plus que notre dispositif actuel fonctionne très bien. Il existe par ailleurs depuis bien avant les attentats de Paris. Avant chaque concert, les personnes sont fouillées à l'entrée par des agents de sécurité spécialement formés à cette tâche. Nous sommes d'ailleurs tenus de fouiller toutes les personnes à l'entrée parce que nous avons des contraintes contractuelles envers les artistes», affirme Michael Drieberg, directeur général de Live Music Production, qui fait partie des plus grands organisateurs de concerts en Suisse romande. Selon lui, les «fouilles se feront peut-être de manière un peu plus assidue après ce qui s'est passé». Comme Stefan Breitenmoser, Michael Drieberg pense qu'armer les agents de sécurité à l'entrée n'est «pas souhaitable».

«On veut jouer»

Vincent Sager, patron d'Opus One, également l'un des principaux organisateurs d'évènements en Suisse romande, explique: «Nous avons des procédures très précises en matière de sécurité, notamment en ce qui concerne les palpations, le contrôle du contenu des sacs et l'observation de la foule. Nous allons continuer ce que nous faisons déjà.» Comme Michael Drieberg, Vincent Sager estime qu'il ne faut pas céder à la panique. «Nous allons observer la situation et nous poser les bonnes questions, mais nous prenons la situation très au sérieux.» Au lendemain des attaques, Opus One a contacté les artistes qui étaient censés se produire à Genève samedi. Tous ont répondu la même chose: «On veut jouer.»

La firme Abc Productions, elle, affirme avoir intensifié ses mesures de sécurité, notamment lors de deux concerts qui se sont tenus samedi dernier à Zurich. Le porte-parole Frank Hubrath assure par ailleurs être en contact constant avec les forces de l'ordre locales, sans donner davantage de précisions. Il rappelle cependant que les mesures prises dans notre pays sont plus strictes qu'à l'étranger.

Suivre les recommandations du SRC

Simon Haldemann, d'Appalooza, qui organise notamment le Festival du Gurten, à Berne, est un peu moins loquace. Il précise uniquement suivre les recommandations du Service de renseignement de la Confédération qui n'ont pas changé depuis les attentats de Paris. Pour tout ce qui est des mesures de sécurité spéciales, comme s'assurer que les festivaliers ne portent pas d'armes sur eux, il faut avoir l'aide de spécialistes des autorités, estime-t-il.

Live Nation a d'ores et déjà réagi

L'entreprise américaine Live Nation, un des plus gros acteurs du monde de la musique, a annoncé lundi que son dispositif de sécurité avait été intensifié après les attentats de Paris. «En raison du caractère sensible de la problématique, nous ne pouvons malheureusement pas en dire plus à ce sujet», a néanmoins précisé la firme.

Ton opinion