Dameuses sur les pistes valaisannes: La sécurité des usagers des pistes en discussion
Actualisé

Dameuses sur les pistes valaisannesLa sécurité des usagers des pistes en discussion

Les entreprises de remontées mécaniques valaisannes ne restent pas les bras ballants face aux collisions entre skieurs et dameuses ou motoneiges.

Diverses mesures ont été prises dans certaines stations, mais le risque zéro n'existe pas.

Un groupe de travail réunissant professionnels du tourisme et des pistes s'est constitué en début d'année. L'objectif est de recenser les problèmes, d'inventorier les bonnes pratiques et de permettre un partage des expériences, explique Vincent Bornet, vice-directeur de Valais Tourisme à l'origine de la démarche.

Intégrée à ce groupe, la police cantonale vise une sensibilisation des entreprises, déclare son porte-parole Jean-Marie Bornet. Les remontées mécaniques suisses ont émis un règlement concernant la présence de dameuses sur les pistes.

Eloigner les dameuses

En principe les dameuses sont bannies des pistes durant les heures d'ouverture de celles-ci, indique Eric Balet directeur de Téléverbier. Mais elle peuvent circuler en cas de nécessité avec un feu clignotant et un signal accoustique.

Les dameuses à câble et celles munies de fraises frontales sont strictement interdites lorsque les pistes sont ouvertes. En revanche il est possible de damer des pistes en journée, celles-ci étant fermées jusqu'au terme du damage.

Les domaines skiables n'ont pas tous la même pratique. A Verbier la circulation de dameuses et de motoneiges sur les pistes ouvertes est interdite sans un patrouilleur qui précède le véhicule pour prévenir les dangers, précise Eric Balet.

Sécurité: un soucis partagé

Des restrictions similaires ont été prises à Nendaz après l'accident de Bettmeralp, précise Vincent Bornet. Champéry est aussi cité en exemple. Mais la pratique n'est pas identique partout même si le souci de la sécurité est présent.

A Vercorin, théâtre du dernier accident en date, la prévention est un souci permanent. Depuis six ou sept ans, les remontées mécaniques sensibilisent les skieurs en groupe. Malgré tout, le risque zéro n'existe pas, estime Eric Balet.

Pour le directeur de Téléverbier, les motoneiges représentent un problème sécuritaire plus important. Ces engins sont capables de monter sur une piste à 60 km/h. Leur utilisation est en principe réglementée et limitée mais leur présence sur des pistes est fréquente.

(ats)

Déjà cinq accidents

L’ambiance du camp de ski des jeunes Chaux-de-Fonniers à Vercorin (VS) a été plombée par l’accident de mardi matin. L’un des élèves, âgé de 13 ans, a été grièvement blessé au visage. L’Hôpital de Sion a indiqué mercredi que ses jours n’étaient pas en danger.

Cet épisode allonge une liste qui recense déjà cinq accidents impliquant des dameuses depuis début 2008. Deux d’entre eux ont connu une issue fatale. En avril 2008, lors de l’avant-dernière journée de la saison, une surfeuse vaudoise de 20 ans avait perdu la vie aux Collons (VS). En décembre, un enfant de 7 ans avait succombé à Bettmeralp (VS).

Nando Luginbuhl

Ton opinion