tradition: La séduction écolo des arbres de Noël suisses
Actualisé

traditionLa séduction écolo des arbres de Noël suisses

Les marchands de sapins helvètes misent sur le trend vert contre l'invasion des conifères danois.

par
reb

Un million de sapins sont arrachés à leur forêt – ou leur pépinière – en ce début du mois de décembre, pour être vendus en Suisse. Un marché de 40 millions de francs. Près de 60% de ces arbres proviennent du Danemark, grand producteur de sapins de Nordmann: la Rolls des arbres de Noël avec ses formes régulières.

«Ils sont importés par camion, attaque Roland Furrer. L'impact sur l'environnement est mauvais.» Le porte-parole d'Economie forestière suisse, l'association des propriétaires de forêt, met en avant les qualités écolos de la production nationale. «La législation interdit d'utiliser des pesticides et des engrais. Les sapins provenant de nos forêts sont totalement bios», assure-t-il.

Précision, l'arbre indigène n'est pas un sapin, mais un épicéa. «Ce n'est pas le plus beau, admet Roland Furrer. Mais c'est le plus authentiquement suisse.» Il a l'avantage de sentir bon. En revanche il se dessèche vite. Pour éviter de se retrouver avec un sapin sec le 23 décembre, une société genevoise propose des arbres autochtones en pot pour les Fêtes. «Je trouve dommage de couper et de transporter des sapins depuis le Danemark alors que nous en avons largement assez ici», estime David Berreby, d'Ecosapin. Même s'il reconnaît que le sapin danois est moins cher.

Ton opinion