La sensation Stan embrase Paris

Actualisé

La sensation Stan embrase Paris

Facile tombeur du Croate Cilic (7-6 (7/3) 7-6 (7/4) 6-1), le Vaudois affrontera Fernando Gonzalez au 3e tour.

Tel un héros si discret, il ne s'est guère formalisé d'être expédié sur le court n°16. Stanislas Wawrinka, actuel numéro 10 mondial, "joue où on lui dit de le faire." Et plutôt bien, si l'on se fie à son nouveau succès, jeudi, face au Croate Marin Cilic.

Un match solide, un de plus, expédié en trois sets, et qui confirme les commentaires élogieux qui accompagnent désormais toutes ses prestations. "Stan est hyper talentueux et dipose d'un véritable potentiel. Etre dans top 10 mondial est déjà un sacré exploit, mais il peut encore aller plus loin", estime Roger Federer.

Guy Forget, ancien numéro 1 français et actuel capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis, abonde en son sens: "Wawrinka n'a plus rien d'un espoir, mais tout d'un futur grand. Ici, a Roland-Garros, il peut créer la sensation. Ma seule incertitude concerne sa capacité à bien gérer la succession des matches."

Wawrinka répond pour l'instant présent. Appréciant les éloges, sans pour autant s'en satisfaire. "Ma progression fait parler les gens et je ne peux qu'être heureux si des grands joueurs, du présent ou du passé, me prédisent un bel avenir. Mais c'est à moi de confirmer. Je suis en ce moment très confiant, même si mon prochain tour s'annonce difficile."

Le mot est faible. Face au Chilien Fernando Gonzalez, le Vaudois s'est incliné à quatre reprises en quatre duels. Le tout en 2006, bien avant que la sensation Wawrinka ne recouvre Roland-Garros.

Benjamin Danet, Paris.

Ton opinion