Mexique: La séparation de familles de migrants condamnée

Actualisé

MexiqueLa séparation de familles de migrants condamnée

Plus de 2300 enfants ont été séparés de leurs parents, accusés d'avoir franchi illégalement la frontière américaine.

1 / 149
Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Keystone
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

Keystone
La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

Keystone

Le ministre mexicain des Affaires étrangères Luis Videgaray a condamné mardi la «cruelle et inhumaine» séparation des familles de migrants qui entrent clandestinement aux Etats-Unis, découlant de la politique de «tolérance zéro» face à l'immigration illégale de Donald Trump.

«Je veux au nom du gouvernement et du peuple mexicain exprimer la plus catégorique et énergique condamnation de cette politique cruelle et inhumaine», a déclaré le ministre en conférence de presse. «Nous lançons un appel au gouvernement américain, au plus niveau, pour qu'il reconsidère cette politique et donne priorité au bien-être et aux droits des petits garçons et petites filles, indépendamment de leur nationalité et de leur situation migratoire» a souligné Luis Videgaray.

«Tolérance zéro»

Plus de 2300 enfants et jeunes migrants ont été séparés en cinq semaines de leurs parents accusés d'avoir franchi illégalement la frontière des Etats-Unis, selon des chiffres actualisés lundi par l'administration Trump qui montrent une accélération de cette pratique.

Malgré le tollé provoqué par cette pratique, le président Donald Trump revendique sa fermeté extrême aux frontières au nom de la «tolérance zéro», affirmant qu'il ne laissera pas les Etats-Unis devenir «un camp pour migrants». L'ONU a dénoncé lundi une politique «inadmissible» et «cruelle».

Trump se défend

Le président américain Donald Trump a une nouvelle fois défendu mardi sa politique très controversée de séparation des familles de migrants, affirmant que c'était la seule option possible pour lutter efficacement contre l'immigration clandestine.

«Je ne veux pas que les enfants soient séparés de leurs parents», a-t-il assuré, avant d'ajouter: «Lorsque vous inculpez des parents pour entrée illégale dans le pays, ce qui doit être fait, vous devez séparer les enfants».

Trump accuse les médias

Insistant sur la nécessité de lutter contre les passeurs qui «se jouent du système», le président américain a accusé les médias d'être complices de ces derniers. «Nous ne voulons pas que les gens se déversent dans notre pays», a-t-il martelé. «Nous voulons qu'ils viennent suivant un processus légal et nous voulons, in fine, un système au mérite», a-t-il poursuivi.

«Ceux qui font une demande d'asile par la voie légale ne font l'objet d'aucune poursuite. Les fake news media n'en parlent jamais. Ils aident ces passeurs et ces trafiquants comme personne ne pourrait le croire», a-t-il ajouté, sans autres précisions.

Comme il le fait depuis plusieurs jours, le président américain a une nouvelle fois accusé les démocrates d'être responsables de la crise actuelle, jugeant qu'ils empêchaient toute réforme de l'immigration au Congrès. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion