«Macho de l'année»: «La seule façon qu'elle la ferme? C'est la violer»

Actualisé

«Macho de l'année»«La seule façon qu'elle la ferme? C'est la violer»

À l'occasion de la Journée internationale des femmes, les Chiennes de garde ont désigné le «Macho de l'année». Ce titre est revenu à Maxime Valette pour un tweet à propos de Tristane Banon.

par
gco/comm
Tristane Banon a inspiré Maxime Valette, le «Macho de l'année»... (dr/key)

Tristane Banon a inspiré Maxime Valette, le «Macho de l'année»... (dr/key)

Le Prix du «Macho de l'année», décerné par les Chiennes de garde, est destiné à l'auteur de la remarque, déclaration ou insulte la plus sexiste, faite publiquement à une femme ou au sujet de femmes, pendant l'année 2011.

Après le cardinal-archevêque de Paris, André Vingt-Trois, en 2009, le président du club de football de Montpellier Louis Nicollin, en 2010, le paparazzi Jean-Claude Elfassi, en 2011, le 4e macho à recevoir «les déshonneurs féministes» est Maxime Valette, créateur de sites Internet dont www.viedemerde.fr.

Un tweet machiste

Il est «honoré» pour avoir posté cette phrase sur son compte Twitter, le 20 septembre 2011: «La seule façon pour qu'elle la ferme, c'est la violer», au sujet de Tristane Banon. Cette déclaration a été faite un soir où Tristane Banon s'exprimait sur Canal+.

«Cette phrase est révélatrice d'une pensée qui considère le viol comme un instrument punitif. Elle minimise le viol, alors que 75'000 femmes sont violées tous les ans en France», ont dénoncé les Chiennes de garde, dans un communiqué.

Cette année, pour la première fois, les Chiennes de garde expliquent avoir aussi tenu compte de propos sexistes qu'elles ont repérés sur Twitter. «En effet, Twitter, comme tous les supports de communications, n'échappe pas aux propos sexistes. Une insulte sur Twitter ne relève pas seulement de la conversation privée, c'est aussi un espace public de discussion, puisqu'un tweet a vocation à être lu par plusieurs personnes, à être propagé, retweeté (...) Maxime Valette compte pas moins de 9000 followers (personnes qui le suivent sur Twitter) et ce tweet a été retweeté plusieurs fois», précisent les féministes.

Jean-François Kahn sur le podium

Le dauphin de Maxime Valette est l'ancien joueur de football Eric di Meco pour son «On a tous fait des horreurs. (...) Ça soude le groupe. (...) La vie de groupe, c'est d'aller sortir le chichi à la femme de ménage. On est trois, on rigole» (Au sujet des accusations de harcèlement sexuel de joueurs de l'équipe de rugby d'Angleterre, sur la radio RMC, dans le «Moscato Show», le 3 octobre 2011.

Le podium est complété par Jean-François Kahn pour: «Je suis (...) pratiquement certain, qu'il n'y a pas eu une tentative violente de viol (...) qu'y ait un troussage, euh, de domestique (...)» (À propos de l'accusation de viol portée par Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, sur les ondes de France Culture, 16 mai 2011.

Les phrases des lauréats précédents

Maxime Valette succède au palmarès à Jean-Claude Elfassi, lauréat du prix du «macho de l'année» 2011. Le paparazzi avait été primé pour une phrase prononcée sur «Direct 8» dans l'émission de Jean-Marc Morandini: «C'est des salopes qui n'ont rien d'autre à faire (...), c'est des amoureuses éconduites.» Jean-Claude Elfassi parlait des femmes qui avaient rendu publique une condamnation pour violences conjugales contre Giuseppe, un des candidats de l'émission de téléréalité de TF1 «Qui veut épouser mon fils?».

En 2010, Les Chiennes de garde avaient «récompensé» Louis Nicollin, le président du club de football de Montpellier, pour sa phrase: «On peut se parler, se dire les choses. On est des hommes, pas des gonzesses.» Louis Nicollin avait fait cette déclaration dans «L'Equipe», du 2 novembre 2009 au sujet d'un différend avec Benoît Pedretti, capitaine de l'équipe d'Auxerre.

Lors de la première édition, André Vingt-Trois, cardinal-archevêque de Paris, l'avait obtenu pour sa sortie: «Le plus difficile c'est d'avoir des femmes qui soient formées. Le tout n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête.»

Ton opinion