VOUVRY (VS) - La seule perte d’un gros client ne justifierait pas la fermeture de Sanaro

Publié

VOUVRY (VS)La seule perte d’un gros client ne justifierait pas la fermeture de Sanaro

Alors que la procédure de consultation se termine ce lundi, le producteur de l’Assugrin reste déterminé à fermer son site valaisan.

Fabrice Zwahlen
par
Fabrice Zwahlen
Sanaro compte 80 employés à Vouvry. Tous craignent pour leur avenir professionnel.

Sanaro compte 80 employés à Vouvry. Tous craignent pour leur avenir professionnel.

20Min

L’annonce, début juin, de la fermeture pour mars 2022 de la firme de ­compléments alimentaires et d’édulcorants Sanaro à Vouvry a provoqué un choc et un questionnement tous azimuts dans le Chablais. Il faut dire que sur les quelques 80 employés concernés, près d’un tiers sont des «petites mains» dont plusieurs n’ont aucun diplôme.

«Des propositions de transfert sur d’autres sites en Suisse ont été évoquées pour une partie de nos employés», avoue la direction. Mais pas dans la région. Diverses pistes émanant des salariés sont aussi à l’étude. La procédure de consultation se termine ce lundi. Pour jus­tifier sa décision, Sanaro invoque la perte de l’un de ses principaux clients, le géant néerlandais du café et du thé Jacobs Douwe Egberts. On parle d’une baisse de 40% du volume de production et de 30% du chiffre d’affaires. L’entreprise batave a fait le choix de travailler avec une autre société européenne offrant des coûts plus modiques.

Analyses contradictoires

Le renoncement de Jacobs ne justifierait pourtant que le licenciement de vingt collaborateurs, selon une source bien informée. Le choix de fermer le site valaisan résulterait donc plutôt d’un choix stratégique du conseil d’administration de l’entreprise et de son actionnaire, Hermes Sweeteners Group, basé à Coire, que d’une nécessité économique.

La direction, elle, a une autre clé de lecture: «Notre site est d’une taille assez conséquente. Il requiert une structure minimale pour fonctionner. De surcroît, la perte de cet important client est venue précipiter une situation qui menaçait depuis un certain temps déjà. Des changements structurels se sont produits dans le marché des édulcorants et il faudrait un niveau très élevé d’investissement pour pouvoir adapter les équipements à une production différente. La production actuelle n’offre pas de perspectives viables à long terme.»

L’Assugrin restera produit en Suisse

Le chiffre d’affaires des produits phares que sont les succédanés de sucre Assugrin et Hermesetas tend à se réduire, les modes de consommation évoluant avec le temps. Toutefois, ces deux produits ne cesseront pas d’être fabriqués au printemps 2022. «Si le plan de fermeture se confirme, leur production sera assurée par un contractant externe situé en Suisse», confirme la direction de Sanaro.

En cas de fermeture, la commune pourrait racheter la parcelle (30 000 m2), afin d’y conserver des places de travail. Fiscalement, Sanaro rapporte quelque 100’000 francs en impôts à la commune de Vouvry.

Ton opinion