Suisse : La seule région sauvage invite la population à la fête
Actualisé

Suisse La seule région sauvage invite la population à la fête

Il y a 100 ans, la Confédération décidait de créer le Parc national suisse en Engadine et dans le Val Müstair - le plus ancien et le mieux protégé de l'Arc alpin. L'institution célèbre son centenaire sur place et dans tout le pays.

En point d'orgue, la Fête nationale sera retransmise en direct depuis Zernez (GR). «La Festa», titre romanche des festivités du 1er Août, révèle le caractère de l'événement: «ce sera une grande fête populaire», a déclaré jeudi aux médias réunis Zurich Andrea Hämmerle, président du comité d'organisation du centenaire et ancien conseiller national (PS/GR). Et de rappeler que la date de la Fête nationale coïncide avec celle de l'ouverture officielle du parc, en 1914.

Divertissements musicaux et spectacles de rue agrémenteront la journée à Zernez, point d'accueil du Parc national. Un programme spécial sera réservé aux enfants. L'événement sera diffusé en direct sur les chaînes de télévision nationales en présence de la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Durant l'été également, une troupe de comédiens professionnels accompagnés de 30 acteurs amateurs de la région joueront en plein air une pièce de théâtre tragicomique et satirique intitulée «Laina Viva» («Bois vivant»). Le spectacle sera présenté à Zernez du 11 juillet au 16 août.

Au Comptoir suisse

Outre l'exposition du jubilé ouverte depuis le 20 février dans la localité engadinoise, d'autres présentations des activités et de l'histoire du Parc national sont proposées aux quatre coins du pays. La population peut s'informer depuis le 3 mars jusqu'au 25 octobre dans 16 centres commerciaux. Il en sera de même au Comptoir suisse, à Lausanne, du 13 au 28 septembre.

Le budget des festivités du centenaire se monte à 3 millions de francs, a précisé Andrea Hämmerle. Il est financé par la Confédération, le canton et les communes de la région ainsi que par des sponsors, les partenaires touristiques et des particuliers.

Forfaits spéciaux

Pour accueillir leurs hôtes du printemps à l'automne, les organisations touristiques d'Engadine ont concocté des offres combinant hébergement, transport et festivités, valables du 1er mai au 31 octobre. Près de 80 hôtels, pensions et auberges de jeunesse proposent des forfaits dans toutes les gammes de prix.

Le site en ligne de Suisse Tourisme (myswitzerland.com/nature) les répertorie. Il contient également des suggestions de randonnées et de curiosités à voir dans le Parc national et les 15 parcs naturels régionaux du pays ainsi que dans le parc périurbain du Zurich-Sihlwald.

Le seul entièrement sauvage

Le Parc national suisse est le seul en Suisse laissé entièrement à l'état sauvage. Il s'étend sur 170 km2. «Sa faiblesse tient dans sa petitesse», estime Andrea Hämmerle. «Peut-être réussira-t-on un jour à l'agrandir.» Les trois priorités du parc sont de protéger et étudier la nature ainsi que d'instruire la population.

Un «Atlas du Parc national suisse», réalisé à l'occasion du centenaire, est sorti de presse en octobre dernier. Ses cartes illustrent un siècle de recherche sur l'environnement et d'observation des animaux sauvages. A titre d'exemple, il montre les effets du réchauffement climatique à travers la montée en altitude du lièvre variable et du lagopède alpin au fil du temps.

Deux nouveaux projets

«L'histoire centenaire du parc montre que nous devrions faire davantage confiance au développement naturel», a déclaré son directeur Heinrich Haller. «La main de l'homme n'est pas toujours indispensable.»

Deux projets de nouveaux parcs nationaux sont à l'étude. L'un se situerait dans les régions grisonnes de la Surselva, du Val Mesolcina et du Val Calanca. L'autre se trouverait dans la région tessinoise du Locarnais. (ats)

Un projet réalisé grâce à des pionniers de la droite de l'époque

Le Conseil national a approuvé la création du Parc national suisse (PNS) le 27 mars 1914. L'idéalisme, l'esprit de pionnier et la persévérance des milieux conservateurs de l'époque ont permis de parvenir à cette décision. Leur Union suisse pour la protection de la nature a par la suite donné naissance à l'organisation Pro natura.

L'association emmenée par le banquier bâlois Paul Sarasin et le conseiller national et colonel Fritz Bühlmann a dans un premier temps acquis une vallée située à l'extrême sud-est de la Suisse, rappelle le directeur du PNS Heinrich Haller. Leur but: y garantir le maintien d'une région de montagne à l'état naturel.

Le projet deviendra réalité le 1er août 1914, quelques mois après son approbation par les Chambres fédérales. «Aujourd'hui, la situation politique s'est inversée: ce sont les roses-verts qui défendent le parc et la droite bourgeoise qui regarde son développement de manière sceptique», s'amuse Andrea Hämmerle, ancien député socialiste grison à la Chambre du peuple.

Ton opinion