Actualisé

Virus EbolaLa Sierra Leone confine sa population 3 jours

Alors que le bilan de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest continue de s'alourdir, surtout au Libéria, le pays voisin s'apprête à prendre une mesure lourde.

La Sierra Leone, un des trois pays africains les plus touchés par Ebola, se préparait jeudi à un confinement sans précédent de sa population pendant trois jours. Ce temps doit être utilisé pour une campagne de porte-à-porte géante à l'attention de ses 6 millions d'habitants.

Signe de la mobilisation internationale croissante, le Conseil de sécurité, saisi en urgence par les Etats-Unis, devait se prononcer jeudi sur un projet de résolution américain contre la propagation de l'épidémie. L'ONU a estimé les besoins de financement à près d'un milliard de dollars.

Le bilan de l'épidémie, la plus grave de l'histoire de cette fièvre hémorragique identifiée en 1976, continue de s'alourdir, surtout au Libéria. Le virus a fait au total 2622 morts et contaminé 5335 personnes en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, a indiqué l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Propagation surtout à Monrovia

L'augmentation du nombre de cas dans le pays le plus touché, le Libéria, est provoquée surtout par la propagation de la fièvre Ebola dans la capitale, Monrovia, a souligné l'agence de l'ONU dans son dernier rapport de situation.

Le Libéria recense à lui seul près de la moitié des cas, soit 2710 (confirmés, probables et suspects), dont le 52% au cours des 21 derniers jours, avec 1459 morts, soit plus de la moitié des décès.

En Guinée, 942 cas ont été enregistrés, dont 33% au cours des 21 derniers jours, avec 601 décès. En Sierra Leone, l'épidémie avance légèrement plus vite qu'en Guinée, avec 1673 cas, dont le 39% au cours des 21 derniers jours, et 562 morts. S'ajoutent à ce bilan 21 cas au Nigéria, dont huit morts, et un cas au Sénégal, sans décès.

Volontaire française infectée

Au Libéria, une volontaire française de Médecins sans Frontières (MSF) en mission dans la capitale Monrovia a été contaminée par le virus. Elle était en voie de rapatriement par avion spécial, une première pour la France.

Le président américain Barack Obama avait appelé mardi «à agir vite» pour éviter que des «centaines de milliers» de personnes ne soient contaminées. Il avait annoncé alors la création d'un centre de commandement militaire au Libéria et la mise en place de 1000 lits. Quelque 3000 militaires américains devraient être engagés dans la bataille.

1,5 million de foyers à visiter en Sierra Leone

En Sierra Leone, les autorités ont mobilisé près de 30'000 personnels (7136 équipes de quatre personnes), pour rendre visite à 1,5 million de foyers à partir de minuit dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les équipes distribueront à chaque foyer un savon et de la documentation sur Ebola et mettront en place dans chaque quartier des comités de veille. Mais le gouvernement a précisé qu'elles n'entreraient pas dans les domiciles et alerteraient les services spécialisés si elles découvraient des malades ou des morts.

Les autorités, qui s'attendent à une augmentation des cas recensés (1620 déjà, dont 562 morts) pouvant aller jusqu'à 20% lors de cette opération, ont prévu des lits supplémentaires dans tout le pays, dont près de 200 autour de la capitale Freetown.

Objectif: «inverser la tendance»

Les personnels de santé, les services d'urgence et les forces de sécurité sont exemptés de confinement, comme les médias. La population sera autorisée à sortir après 18h00 pour aller prier à l'église ou à la mosquée.

«Le principal objectif de la campagne est d'inverser la tendance à l'accroissement des cas d'Ebola dans les trois mois», a expliqué un responsable du ministère de la Santé, Lansana Conteh.

Efficacité mise en doute

Mais les spécialistes de santé publique doutaient de l'efficacité de mesures aussi coercitives pour faire reculer l'épidémie.

L'ex-président de MSF Jean-Hervé Bradol a jugé l'initiative «hautement irréaliste»: les autorités n'ont «pas les moyens de visiter l'ensemble des foyers en trois jours», et beaucoup d'habitants «n'ont pas les ressources pour rester trois jours à la maison sans sortir».

Face à des centres «hyper-saturés», «que vont-ils en faire quand ils débusqueront de nouveaux malades?», s'est-il interrogé. (ats)

Deux vaccins vont être testés en Suisse

La Suisse joue un rôle central dans les tests cliniques de deux vaccins expérimentaux contre le virus Ebola, que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) souhaite rapidement développer. Cette information a été confirmée par Marcel Tanner, directeur de l'Institut tropical et de santé publique suisse de Bâle, sur les ondes de la radio alémanique SRF. Ces deux vaccins sont à l'heure actuelle les plus prometteurs contre le virus Ebola, a déclaré M. Tanner. Les tests cliniques seront effectués sur quelque 100 personnes et doivent débuter dès que possible à Lausanne et Genève. En parallèle, des essais seront menés en Afrique, dans une zone non affectée par l'épidémie. Les tests sont actuellement en phase 1, où la sécurité des vaccins et leur capacité à produire une réponse immunitaire est examinée. Si le corps des personnes testées produit les anticorps appropriés, le vaccin pourrait alors être utilisé par le personnel médical dans les régions touchées, souligne M. Tanner, mais pas avant l'année prochaine.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!